AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > S.E.M. Macky Sall au forum sur l’investissement : Le privé, principal partenaire du PSE

S.E.M. Macky Sall au forum sur l’investissement : Le privé, principal partenaire du PSE

Par sa vocation de créateur de richesses et pourvoyeur d’emplois, le secteur privé est un partenaire de choix pour les pouvoirs publics, notamment dans le cadre du Plan Sénégal émergent, a déclaré le président Macky Sall, hier, à l’ouverture du Forum international sur le financement des projets de type Partenariats public-privé (Ppp) qui se tient à Dakar du 5 au 7 mai.

« L’Etat à lui seul ne peut réaliser l’émergence, il en crée les conditions par des politiques publiques cohérentes et un environnement des affaires propice à l’investissement privé. C’est pourquoi nous avons associé le secteur privé dans la conception du Plan Sénégal émergent (Pse). Il (le secteur privé) demeure notre principal partenaire dans la phase décisive de sa mise en œuvre », a expliqué le chef de l’Etat à l’ouverture du Forum international sur le financement des projets de type Partenariats public-privé (Ppp).

« Ce plan, nous le voulons non seulement comme réponse à la question lancinante de l’emploi, mais surtout comme moyen d’exploitation optimale des secteurs stratégiques de notre économie. L’agriculture sera bientôt un secteur où nous pourrons véritablement utiliser les Ppp à travers les nouvelles orientations de l’agro-industrie pour promouvoir la contractualisation, le développement de l’agriculture familiale mais aussi la création de grandes fermes, pour accroitre la production agricole et toutes les chaines de valeur », a-t-il ajouté. Le chef de l’Etat a également cité les infrastructures, les transports (comme le projet de Train express régional), l’énergie, les mines, les Tic, la santé ou même la construction de prisons comme des domaines de prédilection des Ppp. « Dans chacun de ces domaines, nous avons des besoins énormes, nous avons aussi des opportunités d’investissements et de partenariats à offrir ».

Cependant, si les opportunités sont « presque infinies », il faut une régulation qui ne soit pas contraignante, mais qui veille sur les intérêts de toutes les parties, y compris des investisseurs et des usagers, a noté M. Sall. A cet effet, il a estimé qu’il faudra, un moment donné, qu’on évalue le coût du ticket du péage de l’autoroute Dakar-Diamniadio. « On ne peut pas faire ce type d’investissement sans rémunération, mais s’il faut payer, il faut que le coût soit bien étudié pour que les intérêts de tout le monde soient pris en charge », a avancé le président de la République.

Révision des codes minier et pétrolier

Pour ce qui est des mines, « l’Etat n’a pas la vocation ni les moyens de faire de la prospection et l’exploration, c’est aux compagnies privées de venir investir », a-t-il renchéri, annonçant au passage une révision des codes minier et pétrolier pour se conformer à la charte Itie (Initiative pour la transparence des industries extractives) et pour attirer les investissements dans ce secteur. Invitant le privé à être plus offensif dans des secteurs comme le tourisme, Macky Sall a justifié la récente mesure de suppression du visa d’entrée : « Lorsque je suis une politique, si je me rends compte qu’elle ne reçoit pas un écho favorable, je sais m’arrêter (…).

Concernant le financement proprement dit, l’alchimie consiste à combiner les financements classiques venant des partenaires et des bailleurs avec les financements innovants. « Il s’agit, à la lumière de la baisse tendancielle de l’aide publique au développement et des limites objectives des prêts concessionnels, de voir comment, par des mécanismes innovants, tirer le meilleur profit qu’offrent les financements de type Ppp », a-t-il expliqué.

C’est fort de ce constat que le Sénégal a décidé de s’engager dans la voie des Ppp. Cette approche a permis d’identifier un certain nombre de contraintes dans la loi dite Cet qui, jusqu’ici, régissait les Ppp. Au nombre de ces contraintes figurent le caractère restrictif de leur champ d’application et les lourdeurs de procédures qui entravent la mise en œuvre des projets d’envergure. La nouvelle loi adoptée en février 2014 reflète, aux yeux du président Sall, le choix de l’efficacité dans la réalisation des objectifs du gouvernement, mais aussi de la transparence. De même, elle contient des dispositions qui favorisent la participation accrue des entreprises de droits communautaires aux projets de contrats de partenariats.

Cependant, elle pose l’obligation faite aux parties de réserver à l’actionnariat local au moins 20 % du capital de la société devant réaliser le projet ainsi que le transfert de technologies et l’emploi de la main d’œuvre locale. Une mesure visant à permettre le privé national de jouer son rôle dans la réalisation d’une nouvelle génération de projets d’infrastructures d’intérêt national, a indiqué le chef de l’Etat. En contrepartie, celui-ci doit satisfaire aux exigences de qualité et de célérité.

Adapter l’administration à une dynamique de développement

Outre les donnes avancées plus haut, le président de la République a insisté sur la nécessité d’une modernisation de l’administration qui « doit impérativement passer d’une logique de commandement à une dynamique de développement ». Il invite les agents administratifs à ne plus considérer les usagers comme des administrés, mais comme des partenaires. « Si chacun avait cette conception, nous n’aurions pas de dossiers qui dorment dans les tiroirs, a-t-il estimé.

Un outil à parfaire

Selon Gérard Sénac, Pdg d’Eiffage Sénégal, société concessionnaire de l’autoroute Dakar-Diamniadio, le financement, au même titre que les normes techniques et juridiques, fait partie des nombreuses facettes de ce type de partenariats. En d’autres termes, les projets en question doivent avoir la capacité de créer des compétences locales, intégrer les préoccupations de l’ensemble des parties prenantes et favoriser les acteurs socialement responsables et soucieux du respect de l’environnement.

Pour M. Sénac, malgré l’expérience réussie entre l’Apix et Eiffage concernant l’autoroute Dakar-Diamniadio, les Ppp demeurent un outil à parfaire pour l’adapter à l’urgence de développement en Afrique et à ses spécificités.

A cet effet, il a demandé à l’Etat de simplifier les procédures, notamment l’analyse de risques et de prise de décision. Il a estimé aussi indispensable une étroite collaboration entre les différents acteurs d’un Ppp où chacun apporte une réponse à la préoccupation de l’autre – ce qui change fondamentalement la donne habituelle des marchés publics – qu’il s’agisse du respect du planning ou des coûts. Par la voix de Johan Verkammen, ambassadeur du royaume de Belgique et co-président du G50, les partenaires techniques et financiers encouragent, pour leur part, le gouvernement à poursuivre la dynamique d’innovation des instruments de Ppp tout en recommandant un renforcement des capacités des acteurs et la promotion d’instruments adaptés aux spécificités sectorielles.

Rejoignant Mansour Cama, M. Verkammen a recommandé aussi d’explorer davantage les possibilités offertes par les Ppp pour le développement d’initiatives locales plus ciblées à plus faible échelle impliquant les acteurs dans les terroirs, dans des secteurs comme l’agriculture, la santé et l’éducation.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie