AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > Quatrième édition du Salon international des Mines (SIM Sénégal 2016)-Allocution de Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE

Quatrième édition du Salon international des Mines (SIM Sénégal 2016)-Allocution de Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE

Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a présidé, ce mardi 08 novembre 2016, à l’Hôtel King Fahd Palace, la Cérémonie d’ouverture de la 4ème édition du Salon international des Mines (SIM SENEGAL 2016). Voici le discours prononcé à cette occasion :

Monsieur le Ministre de l’Industrie et des Mines du Sénégal,
Mesdames, Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations régionales et internationales,
Distingués invités en vos rangs et qualités,
Mesdames, Messieurs,

Son Excellence Monsieur le Président Macky Sall aurait bien voulu être parmi vous ce matin, à l’occasion de la 4ème édition du Salon International des Mines, s’il n’était pas retenu par d’autres obligations.

Ma présence ici, en son nom, traduit toute l’importance qu’il attache à ce secteur stratégique pour nos pays.

Je voudrais donc souhaiter à tous et à toutes, la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal.

Au-delà du rituel d’une cérémonie d’ouverture, le Salon des Mines doit surtout être pour les décideurs politiques et les professionnels du secteur une occasion privilégiée d’une réflexion sérieuse et approfondie sur les enjeux liés à ce domaine.

Les mines sont des ressources naturelles dont l’exploitation, en même temps qu’elle génère de la prospérité, soulève également des problématiques variées, d’ordre environnemental et socio-économique. Ce qui amène souvent à se poser la question de savoir à qui profite justement cette exploitation ? Cette question est à mon sens légitime. On ne saurait l’occulter lorsqu’on a comme souci la protection des intérêts de nos populations et de nos Etats dans un contexte de renforcement des règles de la transparence et de la bonne gouvernance.

Voilà pourquoi, il y a deux ans, Monsieur le Président de la République avait approuvé la proposition du Ministre de l’Industrie et des Mines de retenir comme thème pour ce Salon : « Le secteur minier, moteur de croissance et de prospérité ».

En outre, il avait souligné le rôle et la contribution attendus du secteur minier notamment en matière de croissance, d’emplois et de mobilisation des Investissements Directs Etrangers (IDE).

Dans le même esprit, il avait rappelé l’impératif de transparence dans les activités minières et la nécessité de promouvoir une répartition plus juste et plus équitable des richesses dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.

Je dois dire ici avec force que pour nous, le partenariat gagnant-gagnant ne peut simplement pas être une clause de style, à la mode, mais une véritable finalité contractuelle qui prend en compte l’intérêt de l’investisseur certes, mais aussi celui des populations et de l’Etat.

Je me réjouis de constater que des efforts significatifs ont été faits dans ce sens.

Ainsi, dans des domaines tels que le calcaire et l’or, les minéraux lourds et le fer, j’observe une évolution positive du secteur minier.

Il y a lieu de relever que, même si on parle, de plus en plus, des hydrocarbures, le secteur minier demeure encore le premier contributeur à l’économie et au budget de l’Etat en termes de recettes budgétaires.

En 2014, un total de 101 milliards 249 millions de FCFA soit 92,7% des recettes budgétaires du secteur proviennent du sous secteur extractif, suivi du sous secteur pétrolier, avec une contribution totale de 8,019 milliards FCFA.

Le dynamisme du secteur minier est également illustré par le démarrage de nouveaux projets de cimenterie et l’exploitation des minéraux lourds à Diogo.   La publication du rapport Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) au titre de l’année fiscale 2014 confirme l’engagement de notre pays à se hisser au niveau des standards les plus élevés en matière de transparence dans le secteur extractif.

Cette exigence de transparence dans la gestion des ressources naturelles est tout le sens de la réforme constitutionnelle de mars 2016 adoptée par le peuple sénégalais ; réforme qui affirme la propriété du peuple sur les ressources naturelles et qui vise de toute évidence leur gestion transparente.

Toujours dans le domaine des réformes, le projet de loi portant Code minier, en gestation depuis un peu plus de trois ans, a été adopté le 30 octobre 2016 par l’Assemblée nationale.

Le nouveau Code minier vise à renforcer le partenariat gagnant-gagnant, de manière à créer un environnement minier favorable au développement économique durable ; un environnement qui assure un équilibre entre la nécessité de mettre en place des mesures incitatives pour attirer, sécuriser et rentabiliser les investissements et la nécessité de prendre davantage en compte les intérêts stratégiques de l’Etat et des populations.

Mesdames, Messieurs,

Comme vous pouvez le constater, des progrès significatifs ont été accomplis par notre pays en matière de gestion des ressources minières.

Ces tendances appelées à se consolider nous permettront d’atteindre les objectifs fixés à l’horizon 2020 par le PSE en matière d’exploitation de phosphates, d’or et de zircon et de réaliser notre ambition de devenir un hub minier.

Toutefois, l’alignement global du secteur minier aux grandes orientations du Plan Sénégal Emergent ne suffira pas à lui seul pour consacrer la pleine contribution de ce secteur au développement solidaire et inclusif que nous appelons de tous nos vœux.

En effet, le secteur doit avoir encore plus d’impact sur le développement humain. Cela pose toute l’actualité du thème de ce Salon.

En effet, il est en parfaite en adéquation avec la territorialisation des politiques publiques à laquelle le Président de la République attache la plus haute importance.

En initiant, l’Acte III de la décentralisation, le Chef de l’Etat a voulu marquer sa volonté de renforcer la démocratie locale tout en assurant la correction des disparités spatiales et la promotion de l’équité, afin de répondre aux aspirations des citoyens à un mieux être.

Ce nouveau jalon dans l’approfondissement de la décentralisation, traduit notre forte ambition de bâtir le Sénégal à partir de territoires viables et compétitifs avec le développement des pôles territoires.

Nous attendons donc de l’Industrie minière qu’elle participe activement à cette nouvelle dynamique de création des conditions d’une croissance forte, durable et inclusive, soucieuse de la préservation et de la protection de l’environnement.

Des dispositions appropriées ont été prises dans ce sens dans le nouveau code minier qui prévoit :

  • l’affectation de 0.5 % du chiffre d’affaires hors taxes des Sociétés minières au Fonds d’appui aux collectivités locales, qui doit contribuer au développement économique et social des zones concernés ;
  • le versement de 20% des recettes de l’Etat provenant des opérations minières à un Fonds d’appui et de péréquation destiné aux collectivités locales ;
  • la mise en place d’un Fonds de Réhabilitation des Sites Miniers alimenté par tous les titulaires de permis d’exploitation et dont les ressources sont calculées sur la base des études d’impact environnemental.   Ces différents instruments, bien opérationnalisés devraient nous permettre de créer les conditions d’un partenariat gagnant-gagnant entre l’Etat, le secteur privé et les populations, avec pour finalité une contribution plus significative du secteur des mines au développement local.

Mesdames, Messieurs,
Chers invités,

La dynamique aujourd’hui enclenchée dans le secteur des industries extractives et dans le contexte actuel du PSE, montre que le Sénégal s’est résolument engagé dans la voie d’un Secteur minier, moteur de croissance mais aussi générateur de prospérité.

Pour la poursuite de cette dynamique, je sais pouvoir compter sur l’engagement de tous les acteurs. Le Gouvernement, en ce qui le concerne, continuera de jouer le rôle qui est le sien.

Egalement, Monsieur le Ministre, je tiens à vous féliciter pour la tenue, en marge de ce salon, de la 2ème Edition de l’Atelier Francophone de Concertation régionale sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) dans les Industries extractives en Afrique de l’Ouest.

Je remercie aussi l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD) d’avoir choisi, encore une fois, le Sénégal pour abriter cette importante manifestation.

Je demeure convaincu que les conclusions de vos travaux participeront pleinement à étoffer la résolution prochaine des Chefs d’Etat au Sommet de la Francophonie d’Antanarivo.

C’est sur ces mots que je vais conclure en adressant mes félicitations à la Société AMETRADE qui, depuis la 1ère édition, apporte son appui à l’organisation de cette importante manifestation.

Je souhaite pleins succès à vos travaux et je déclare ouverte la 4ème édition du Salon International des Mines du Sénégal (SIM SENEGAL 2016).

Je vous remercie de votre attention !

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie