AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Institutions > Le Gouvernement > Monsieur Sidiki KABA

Monsieur Sidiki KABA

Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le ministre

Monsieur Sidiki Kaba

Né le 21 août 1950 Sidiki Kaba a fait ses études primaires dans sa ville natale, Tambacounda, avant de poursuivre ses études secondaires, comme la plupart des jeunes de cette contrée à l’époque, au Lycée Van Vollennoven, actuel Lycée Lamine Guèye de Dakar où il obtient son baccalauréat en 1972.

Jeune bachelier, Sidika Kaba entame des études universitaires à Abidjan et à Dakar. Ses humanités dans ces deux universités africaines sont sanctionnées par l’obtention de licences en Droit, en Philosophie et en Lettres modernes, mais aussi par une maîtrise en Droits des affaires. Le barreau de Dakar s’ouvre alors à Me Sidiki Kaba qui poursuit en même temps ses études supérieures tout en enseignant le français au Lycée Aké Loba d’Abidjan de 1975 à 1978. De 1985 à 2000, il siège au Conseil de l’Ordre.

Me Sidiki Kaba s’est consacré, très tôt, à la défense et à l’illustration des droits de l’Homme aussi bien au Sénégal que sur le continent africain en général. En 1981 déjà, il intègre la section sénégalaise d’Amnesty International avant de rejoindre l’Organisation Nationale de Défense des Droits de l’Homme (ONDH). Il en assurera d’abord la vice-présidence de 1987 à 1995 et ensuite la présidence jusqu’en 2000.

Il est membre fondateur et dirigeant de plusieurs ONG africaines  :

  • l’Union des avocats en 1982,
  • l’Union interafricaine des droits de l’Homme (UIDH) en 1992,
  • le Centre africain pour les études des droits de l’Homme et la Démocratie (ACDHRS) en 1995,
  • le Centre africain pour la Prévention des conflits (CAPREC) en 1995…

Il s’est illustré dans la défense de la liberté de la presse, des droits des femmes, des droits politiques, de la lutte contre l’impunité, la peine de mort… Il a apporté une assistance juridique et judiciaire à des journalistes, opposants, syndicalistes et défenseurs des droits de l’homme poursuivis tant devant les cours et tribunaux nationaux que devant les instances régionales et internationales de protection des droits de l’Homme (Commission africaine des droits de l’Homme ; Commission des droits de l’Homme de l’Onu…).

Il a assisté l’ancien premier ministre ivoirien Alassane Ouattara et l’ancien Premier ministre sénégalais Idrissa Seck (2005), les victimes tchadiennes de torture contre l’ancien président Hisséne Habré (2000) ; les défenseurs et opposants burkinabé dans l’affaire Norbert Zongo, journaliste assassiné (1998) ; le leader de l’opposition guinéenne Alpha Condé (1998) ; l’ancien opposant ivoirien Laurent Gbagbo actuel président de la Côte d’Ivoire (1992)…

Un domaine d’expérience qui s’est élargi avec de nombreuses activités

Sidika Kaba est élu président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, à l’age de 51 ans à l’issue du 34e congrés, en janvier 2001. Première organisation internationale de défense des droits de l’Homme au monde créée en 1922 à Paris, la FIDH regroupe aujourd’hui 141 ONG dans plus de 100 pays .

  • Enquêteur dans des missions sur les disparus au Maroc (El Ayoum en 1999) et en Algérie en 2005 ;
  • Observateur de la Cij et de l’Onu dans plusieurs élections à Madagascar, Guinée Conakry, Gabon, Guinée-Bissau, Côte d’Ivoire… etc ;
  • Formateur des défenseurs dans le cadre des séminaires de formation de la FIDH et du Forum africain des ONG à Banjul, Bangui, Lima, Managua, Dakar, Budapest, Niamey, Ouagadougou …etc ;
  • Facilitateur dans les conflits notamment dans celui de la Casamance où il a organisé avec l’Etat du Sénégal le MFDC et la FIDH la journée nationale des femmes pour la paix en Casamance en 1996 ;
  • Enseignant dans des écoles professionnelles militaires, les lycées et universités à Dakar, Paris, Bangui ;
  • Consultant de l’ONG Tostan dans le cadre du programme « villages défenseurs des droits de l’Homme » avec l’UNICEF ;
  • Initiateur du programme d’éducation populaire « les droits de l’Homme à la case » dans les régions et départements au Sénégal ;
  • Consultant du Pnud pour l’évaluation et la réhabilitation du système judiciaire du Rwanda, assistance pour la création d’un barreau ainsi que pour la refonte des textes et harmonisation de la législation à la norme internationale avec une équipe d’experts de l’USAID, de l’ACCI, (projet Norwa/94/008) en 1994 ;
  • Consultant du gourvernement malien en 1994 pour l’élaboration et la miseen place de l’espace d’interpellation démocratique (EID).

Il a participé, et participe toujours activement à plusieurs campagnes internationales :

  • Contre la Peine de mort ;
  • Pour la création et la ratification du statut de la Cour pénale internationale (CPI) en 1998, et de son entrée en vigueur en 2002 ;
  • Pour la création de la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP) dont le Protocole additionnel à la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples est entré en vigueur en 2005 ;
  • Contre l’excision et les violences faites aux femmes, qui a notamment abouti en 1999 au Sénégal à la criminalisation de ces pratiques.

Il a enfin participé aux forums sociaux mondiaux et régionaux de Porto Alegre, Mumbaï, Paris, Genève, Bamako.

Une intense activité qui lui a valu l’obtention de distinctions honorifiques

  • Citoyen d’honneur de la ville de Quito (Equateur) en 2004
  • Lauréat du Sédar Action Civile 2004 du journal Nouvel Horizon (sénégal)
  • Officier de la Légion d’honneur (France) en 2002.
  • Chevalier de l’Ordre national du lion (Sénégal) en 2001.
  • Lauréat du Prix pour la promotion de la culture de la Démocratie en Afrique, de l’Observatoirepanafricain de la Démocratie (OPAD) en 2003 au Togo.

Publications

  • Défendre la Déclaration Universelle des droits de l’Homme (1998).
  • Les Droits de l’Homme au Sénégal (1997)
  • Les Droits de l’Homme en Afrique à l’aube du XXIe siècle (1966).

Participation à deux ouvrages collectifs :

  • Mitterand et l’Afrique (1999)
  • L’Observatoire nationale des élections (ONEL) 1997

[C’était le 7 mars 2001], Sidiki Kaba était l’Invité de la semaine, interviewé par Pierre Ganz (RFI) et Alain Louyot (l’Express). Il faisait un bilan de la situation des droits de l’homme au 20e siècle : évocation du procès au Sénégal de l’ancien président Tchadien Hissène Habré, du congrès de la FIDH au Maroc pour la démocratie, de la suspension de la ligue tunisienne des droits de l’homme, de la situation en Côte d’Ivoire (le président Gbagbo et les autorités mis en cause pour atteinte aux droits de l’homme) et l’action judiciaire de la FIDH malgré les immunités des chefs d’états.

Le ministère

Secrétaire général : M. Cheikh Amadou Tidiane DIALLO

Directeur de Cabinet : Mme Aminata Fall Cissé

Cabinet et services rattachés

  • Inspection générale de l’Administration de la Justice ;
  • Secrétariat du Conseil consultatif national des Droits de l’Homme
  • Cellule de lutte contre la traite des personnes ;
  • Observatoire national des lieux de privation de liberté ; .

Secrétariat général et services rattachés

  • Cellule de passation des marchés publics ;
  • Cellule des Etudes et de la Planification ;
  • Bureau du courrier commun.

Directions

  • Direction des Affaires civiles et du Sceau ;
  • Direction des Affaires criminelles et des Grâces ;
  • Direction des Services judiciaires ;
  • Direction de l’Education surveillée et de la Protection sociale ;
  • Direction de l’Administration pénitentiaire ;
  • Direction des Constructions des Palais de Justice et autres édifices ;
  • Direction de l’Informatique ;
  • Direction des Droits humains ;
  • Direction de l’Administration générale et de l’Equipement.

Autre administration

  • Centre de Formation judiciaire (CFJ).

Etablissements publics

  • Ordre des Avocats ;
  • Ordre des Experts et Évaluateurs agréés ;
  • Ordre des Huissiers de Justice ;
  • Chambre des Notaires.

Contact

Ministre : Monsieur Sidiki Kaba
Téléphone : 33 849 72 16

Secrétaire général : M. Cheikh Amadou Tidiane DIALLO
Téléphone : 33 849 70 55

Directeur de Cabinet : M. Aminata FALL
Téléphone : 33 849 76 28

Adresse : Avenue Jean XXIII BP 4030
Téléphone : 33 849 53 54
Fax : 33 823 27 27
Site Web : http://www.justice.gouv.sn

Écrire au ministre


Envoyer un message

Institutions

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie