AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Dossiers > Grands projets > Le Fonds souverain d’investissement stratégiques (Fonsis)

Le Fonds souverain d’investissement stratégiques (Fonsis)

Dans un contexte de raréfaction des investissements directs vers nos pays, de faiblesse du secteur privé industriel local et de nécessité de réaliser des investissements structurant et de gérer efficacement les participations et autres actifs de l’Etat, le Président de la République a décidé de mettre en place un Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (Le « Fonsis »), à l’instar de certains pays émergents tels que Singapore, la Malaisie, la Corée du Sud, ayant connu un essor économique sans précèdent.

D’habitude ce sont les pays pétroliers (Emirats Arabes Unis, Norvège, Kuwait, Qatar, maintenant l’Angola, le Nigeria et le Gabon etc.) qui créent des fonds souverains pour préparer leurs économies à une éventuelle chute des cours du pétrole pour que les générations futures puissent avoir une manne financière importante pour faire face aux chocs futurs.

N’ayant pas de revenus pétroliers et n’ayant que peu de revenus miniers, le gouvernement a décidé de transférer des actifs de l’Etat vers le Fonsis et lui allouer du cash pour qu’avec ces actifs et ce cash, il puisse lever des fonds supplémentaires par effet de levier et investir dans l’économie réelle et créer des sociétés sénégalaises phares dans certains secteurs pour pouvoir attirer les talents locaux et la diaspora tout en créant de la richesse pour l’Etat-actionnaire et les générations futures.

Le Fonsis investit essentiellement sous forme de fonds propres aux cotés des privés nationaux et étrangers (surtout les autres fonds souverains et des partenaires stratégiques experts dans leurs secteurs d’activités).

En promulguant la loi 2012-34 du 27 décembre 2012 autorisant la création du Fonsis avec un capital de 500 milliards de F CFA (qui sera libéré sur plusieurs années), le Président de la République concrétise ainsi un engagement du programme Yoonu Yokkute.

Les orientations stratégiques du Fonsis

  • Gérer efficacement des sociétés / actifs ciblés de l’Etat ;
  • Fructifier les actifs et constituer une partie de ses bénéfices en réserves financières à protéger pour le futur ;
  • Distribuer des dividendes régulièrement à l’Etat en s’assurant que les sociétés de son portefeuille font des profits et lui payent des dividendes ; et
  • Etre le partenaire privilégié des investisseurs du privé en apportant les fonds propres nécessaires aux projets stratégiques et structurant.

II. Industries ciblées

Se focaliser sur les secteurs qui emploient beaucoup de monde, en particulier les jeunes (par exemple toute la chaine de l’agro-industrie, le tourisme / hôtellerie, le textile, l’immobilier et la construction etc.) et aussi dans des secteurs stratégiques et structurant tels que l’énergie, les mines et les infrastructures.

  • PME : par le biais d’un sous-fonds du Fonsis dédié aux PME, investir en fonds propres et conseiller / accompagner / structurer ces PME afin qu’elles puissent lever du financement complémentaire en dette auprès des banques (BNDE, banques commerciales etc.) et être bien gérées pour créer du profit. Le Fonsis peut prendre une part majoritaire ou minoritaire au début en aillant une bonne représentation au Conseil d’Administration de ces PME et en nommant les personnes aux postes clés afin de s’assurer que le capital est utilisé à bon escient et que la meilleure stratégie est mise en oeuvre.
  • Agro-industrie (toute la chaine) : développer des projets agricoles en co-investissant avec des investisseurs nationaux et étrangers dans les différents pôles agricoles du pays ;
  • Tourisme / hôtellerie : investir en partenariat avec d’autres acteurs crédibles du secteur ;
  • Immobilier et construction : obtenir de l’Etat des terres et lancer des programmes de construction pour satisfaire la demande et créer des emplois ;
  • Energie : être partenaire des investisseurs IPP qui vont vendre l’électricité a la Senelec ;
  • Mines : recevoir des concessions minières de l’Etat et les développer en partenariat ;
  • Industries et métallurgie : transformer au Sénégal les phosphates et le minerai de fer, pour la création d’emplois et pour valoriser nos ressources ;
  • Infrastructures et transport : port minéralier, zones économiques spéciales (« ZES ») et parcs industriels (« PI ») à Bargny-Sendou. Faire de Sénégal Airlines, des ports, ZES et PI les moteurs du tourisme et du concept de hub de l’industrie et des services en Afrique.

Constitution du Fonsis

  • Forme : société anonyme d’investissement de droit OHADA dont les actionnaires sont l’Etat (70% au moins) et démembrements de l’Etat (maximum 30%).
  • Ressources : 500 milliards en numéraire et en nature à libérer en fonction des opportunités d’investissement sans compter l’allocation d’une partie des revenus miniers et prospection pétrolière.

Gouvernance, management, Conseil d’administration

Il est crucial d’avoir un management et un Conseil d’Administration très compétents pour rapidement pouvoir structurer, exécuter les projets et attirer des partenaires locaux / internationaux crédibles afin de lever le financement supplémentaire en fonds propres et en dette nécessaire.

Le Management doit être très motivé et rémunéré selon les meilleurs standards en la matière (en tenant compte de nos réalités) avec une rémunération variable selon la performance. Le DG, les administrateurs et le management devront avoir un certain profile, expérience avérée et jouir d’une bonne moralité.

Le Fonsis, nouvelle tutelle de certaines entreprises d’Etat, va s’assurer qu’elles adhèrent aux meilleurs principes de gestion et de gouvernance et va mieux défendre les intérêts de l’Etat car nommera aux conseils d’administration des sociétés ciblées que des administrateurs experts.

Réserves financières pour générations futures

Monsieur le Président de la République a insisté sur la nécessité de ne pas toucher aux réserves durant les 10 premières années mais de s’assurer que les gouvernements futurs ne pourront pas dilapider les réserves constituées qui ne seront utilisées qu’en cas de force majeure.

Retombées socio-économiques

Si les 500 milliards en fonds propres sont efficacement déployés dans notre économie durant les 5-7 prochaines années, et en supposant que le Fonsis détiendra en moyenne 50% du capital des projets, et que ces projets se financent 50% en dette et 50% en fonds propres, ces 500 milliards équivaudraient à 2.000 milliards d’investissements.

En moyenne si chaque milliard en investissements créait 100 emplois directs, ce fonds pourrait permettre la création de plus de 200.000 nouveaux emplois directs et au moins 200.000 emplois indirects, soit 400,000 emplois.

En plus des emplois créés, il y a l’effet multiplicateur dans l’économie, les revenus fiscaux et douaniers additionnels pour l’Etat s’élevant à plusieurs centaines de milliards (tva, impôts sur le bénéfice des nouvelles sociétés, l’impôt que vont payer ces nouveaux salariés, les taxes douanières etc.), les économies en devises et une meilleure balance commerciale.

Présidence de la République

Avenue Léopold Sédar Senghor
Téléphone : 33 880 80 80

Dossiers

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie