AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > Inauguration à Kaolack de l’unité d’hémodialyse et du centre de réinsertion sociale des malades mentaux

Inauguration à Kaolack de l’unité d’hémodialyse et du centre de réinsertion sociale des malades mentaux

Discours prononcé par Mme le Premier Ministre Aminata Toure - Mardi 01 Avril 2014

Madame le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale,
Honorables Députés et Conseillers,
Mesdames, Messieurs les Représentants des Partenaires techniques et financiers,
Mesdames, Messieurs les Elus locaux,
Mesdames, Messieurs les Autorités administratives,
Mesdames, Messieurs les Chefs de service
Mesdames, Messieurs,
Honorables invités.

C’est un plaisir pour moi de me retrouver aujourd’hui à Kaolack, ville religieuse et siège de la Faydou Niassène.

Kaolack bassin arachidier, mais aussi ville d’artisanat et carrefour commercial.

Je suis particulièrement comblée par l’événement qui nous réunit aujourd’hui.

En effet, je viens au nom de son Excellence Monsieur Macky SALL Président de la République du Sénégal, en compagnie de Madame le Ministre de la Santé et de l’Action sociale et en présence des autorités, inaugurer deux structures qui contribueront significativement à l’amélioration de la santé et à l’épanouissement social des populations sénégalaises.

Il s’agit de l’unité d’hémodialyse et du centre de réinsertion sociale des malades mentaux.

Monsieur, le président de la République du Sénégal, son Excellence Monsieur Macky SALL a placé la santé au cœur de son mandat, avec comme axe principal la Couverture Maladie Universelle, dont la mise en œuvre est déjà effective.

Ainsi, l’ouverture de cette unité d’hémodialyse démontre s’il en était encore besoin, la volonté de l’Etat du Sénégal de mettre à la disposition des populations des soins spécialisés de qualité quelque soit leur lieu de résidence.

Aujourd’hui, Kaolack étrenne son unité de dialyse à la suite des hôpitaux de Le Dantec, de Grand Yoff, de Touba, de Tambacounda et de Saint Louis.

Cette unité permettra de traiter régulièrement les insuffisants rénaux chroniques, qui n’auront plus besoin de se déplacer jusqu’à Dakar pour leur traitement.

Elle permettra aussi et surtout de sauver des femmes enceintes, principales cibles de l’insuffisance rénale aigüe.

Ces femmes qui au moment de l’accouchement étaient transférées à Dakar avec beaucoup de contraintes.

Cette unité représente un saut de qualité dans le relèvement du plateau technique de l’hôpital ; il faudra en prendre soin par une maintenance adéquate et un plan de renouvellement, car elle ne saurait souffrir d’un arrêt. Cette responsabilité incombe aux autorités de l’hôpital, et aux utilisateurs.

Il s’agit d’un bijou au sein de l’hôpital El hadj Ibrahima NIASS, lieu hautement symbolique quand on sait la place que l’illustre parrain accordait à la santé.

S’agissant toujours de la prise en charge de l’insuffisance rénale, la transplantation, moins onéreuse, permet au patient de retrouver son autonomie. Elle constitue une solution de haute importance. Toutefois, elle fait l’objet de beaucoup d’actes illégaux à travers le monde, donc elle ne peut se concevoir sans encadrement juridique.

C’est dans ce sens que le Ministère de la Santé et de l’Action sociale a déjà préparé un projet de loi sur le don d’organes et de tissus. L’adoption de cette loi permettra de faire la transplantation rénale, au Sénégal et de soulager ainsi de nombreuses personnes.

Avant de conclure sur ce sujet, permettez-moi de vous annoncer que, l’Etat a programmé de doter chaque capitale régionale d’un centre de dialyse. Nous allons aussi ouvrir dans l’enceinte de l’hôpital de Fann un centre de référence destiné aux maladies rénales.

Mesdames et Messieurs,

En ce qui concerne le Centre de Réinsertion sociale des Malades mentaux, il porte le nom d’un Grand Homme qui a toujours œuvré pour la promotion de la santé des populations ; je veux nommer l’Imam Assane CISSE.

L’ouverture du Centre national de Réinsertion sociale Imam Assane CISSE permettra une prise en charge globale de la maladie mentale, par des soins médicaux complétés par un encadrement socioprofessionnel.

En effet, la personne souffrant de troubles du comportement se voit très souvent stigmatisée par son entourage.

Par conséquent, une fois stabilisée, elle a besoin d’être accompagnée pour retrouver sa place dans la communauté.

Ainsi, le réapprentissage d’habiletés sociales et l’initiation à des activités génératrices de revenus les aideront à maintenir un lien avec leurs proches tout en restant autonomes au plan économique.

Le centre de réinsertion sociale de Kaolack, avec une capacité d’accueil de 56 patients, assure, en plus de la surveillance de leur état clinique par une équipe de soins, l’encadrement avec des moniteurs spécialisés notamment en aviculture, horticulture, et artisanat pour ne citer que ces domaines.

Par ailleurs, l’équipe de travailleurs sociaux sera chargée de l’aide à la reconstruction des liens sociaux pour ces malades qui proviennent souvent de la rue où ils ont passé quelques fois de longues années d’errance.

Permettez-moi de rappeler à ce niveau que ce centre n’est pas isolé. Il est un élément d’un réseau plus large de structures destinées à la réinsertion sociale à l’instar du centre de Réinsertion pour handicapés de Bambey que nous allons également inaugurer tout à l’heure. Des centres de réinsertion des jeunes inadaptés sociaux sont aussi construits à Darou Mousty et Bignona.

Ce dispositif constitue un jalon important de la mise en œuvre de la loi d’orientation sociale relative à la promotion et à la protection des personnes handicapées.

Au nom de Monsieur le Président de la République et de l’ensemble du Gouvernement, j’adresse mes vives félicitations à Madame le Ministre de la Santé et de l’Action sociale, le Professeur Awa Marie Coll SECK, et au personnel de la santé et de l’Action sociale, pour toutes ces avancées qui donnent corps à la vision de Son Excellence, Monsieur le Président Macky SALL qui fait de la santé des populations sénégalaises une grande priorité.

Mesdames, Messieurs, chers invités,

Je voudrais terminer mon propos en remerciant toutes les autorités et tous les responsables ici présents, mais aussi toutes les populations de la région de Kaolack pour leur mobilisation exceptionnelle.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie