AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 8 mars 2001

Conseil des ministres du 8 mars 2001

Le Conseil des Ministres s'est réuni ce jour jeudi 08 mars 2001, au Palais de la République sous la présidence du Chef de l'État, Maître Abdoulaye WADE.

Le Président de la République a tout d’abord félicité le Premier Ministre, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux Mme Mame Madior BOYE, à qui il a confié la mission de diriger le gouvernement en raison de ses qualités et de ses capacités.

Par la même occasion, il a félicité tous les ministres en leur rappelant que, conformément à la Constitution, il s’agit d’un nouveau gouvernement ; que les ministres reconduits l’ont été en raison de la confiance qu’il place en eux en raison de leurs qualités et de leur mérite au vu du travail déjà accompli.

Il a ensuite exhorté l’ensemble des ministres à se dévouer à la tâche de construction du Sénégal qui attend beaucoup du gouvernement de l’alternance. Il a rappelé que le Président de la République définit la politique de la Nation qui doit être appliquée par le Premier Ministre, secondé par les ministres, avant d’insister sur la nécessité de travailler dans la confiance, l’harmonie et l’estime réciproque.

Dans sa communication, le Président de la République a informé le Conseil qu’il a décidé d’appliquer une mesure d’indulgence à l’égard de tous ceux qui sont aujourd’hui emprisonnés pour des faits relatifs ou connexes aux douloureux évènements de la Casamance. Il a demandé au Ministre de la Justice de leur accorder à tous une libération conditionnelle.

Le Chef de l’État a justifié cette mesure par différentes raisons :

  • la Constitution du Sénégal qui établit les bases fondamentales du fonctionnement de notre pays a été élaborée de façon consensuelle et adoptée massivement par les populations, notamment celles de Casamance, avec un taux de participation inégalé et un taux de ’’oui’’ supérieur à 94 %. Cette affirmation des populations casamançaises de leur attachement à la République une et indivisible est, selon le Président de la République, une donnée nouvelle que les indépendantistes ne peuvent pas ignorer.
  • la volonté de l’Abbé Augustin Diamoucoune Senghor d’aller à la paix est sans équivoque puisque le processus de discussion avec le gouvernement est jalonné de plusieurs actes positifs dont la signature de deux accords sur les conditions de la paix et d’un document interne au MFDC formulant la position du maquis sur les conversations en cours.

De plus, l’Abbé Diamacoune ayant clairement condamné les actes de banditisme et les assassinats froidement perpétrés par des rebelles fidèles à Salif SADIO, ses efforts en faveur de la paix doivent être soutenus par le Gouvernement.

  • la fête musulmane de la Tabaski est une journée de pardon et de paix dans toutes les mosquées du Sénégal, les musulmans, avec à leurs têtes les Imams, ont prié pour la paix.
  • la journée internationale de la femme du 08 mars est organisée sous le sceau de la promotion de la femme et surtout de la paix. A ce sujet, la participation massive des femmes de la Casamance qui, plus que jamais, revendiquent la paix, est un élément déterminant dans le choix du Président de la République, renforcé par les cadres casamançais qui se sont prononcés sans équivoque contre l’indépendance.

En conséquence, le Premier Ministre a été invité à prendre les mesures nécessaires pour la mise en œuvre de la décision prise par le Chef de l’État.

Par la même occasion, le Président de la République a félicité chaleureusement l’armée nationale qui mène des opérations de maintien de la paix en Casamance avec efficacité et a réussi, non seulement à détruire des bases de maquisards, mais aussi à empêcher l’établissement de nouvelles bases par les rebelles qui sont chassés de la zone Sud.

En terminant sur la Casamance, le Président de la République a demandé au Ministre de la Justice d’ouvrir à Dakar une information pour assassinats, vols et violences contre Salif SADIO et tous ses complices ou co-auteurs. Dès l’ouverture des poursuites, un mandat d’arrêt international sera lancé contre Salif SADIO et tous ceux qui seront impliqués dans les assassinats qu’il a perpétrés ou commandités.

Le Président de la République a ensuite abordé le problème de la sécurité en félicitant le Ministre de l’Intérieur et la police pour les résultats qui ont été enregistrés ces dernières semaines. Il a demandé au Ministre de l’Intérieur de se concerter avec les responsables des forces de police et de rechercher, avec le Ministre de l’Économie et des finances, les moyens de les doter du matériel indispensable à l’exécution de leur mission.

Le Président de la République s’adressant aux Ministres leur a rappelé qu’ils devaient réserver au moins une demi-journée de la semaine pour recevoir les citoyens, soit directement, soit indirectement par leurs Conseillers. Ils se devaient aussi de répondre au courrier.

Le Président de la République, s’adressant aux ministres, leur a rappeler qu’ils devaient réserver au moins une demi-journée de la semaine pour recevoir les citoyens, soit directement, soit indirectement par leurs conseillers et qu’ils se devait aussi de répondre à leur courrier.

Le Président de la République a ensuite annoncé qu’il venait de transmettre des dossiers d’audit à la justice et qu’il en sera de même au fur et à mesure que les dossiers lui seront soumis par la Commission des Audits.

Le Chef de l’État a informé le Conseil qu’au terme des discussions avec la République de Chine (Taiwan), le financement du projet de bassins de rétention d’un montant de 14 millions de dollars a été débloqué selon la programmation arrêtée.

Dans le même sens, les projets de Case des Tout Petits, de Maisons de l’Outil et d’espaces jeunes peuvent être réalisés sans délai. A cet effet, il a demandé aux ministres de lancer des appels d’offres pour confier, dans chaque région, l’exécution des chantiers aux entreprises locales.

Le Président de la République a annoncé que la cérémonie de prise d’armes du 4 avril 2001 se fera sur le boulevard de la République, avec défilé militaire et civil.

Dans sa communication, Mme Mame Madior BOYE, Premier Ministre, a tenu elle-même à féliciter tous les ministres pour le choix qui a été porté sur leur personne pour gérer des départements ministériels. Elle a plus particulièrement félicité les ministres femmes dont le travail et la réussite seront les meilleurs arguments pour la conquête, par les femmes, de leur place pour l’exercice de responsabilités nationales, à tous les niveaux.

Le Premier Ministre a ensuite tenu à remercier le Président de la République pour le choix qu’il a porté sur sa personne pour diriger le Gouvernement. Le Premier Ministre a, en outre, engagé l’ensemble des ministres à œuvrer, jour et nuit, à la réalisation du programme pour lequel le Chef de l’État a été élu, après plus d’un quart de siècle de lutte et de sacrifices de toutes sortes pour l’avènement de l’alternance et l’accomplissement des changements nécessaires au le développement du Sénégal et l’épanouissement de son peuple.

Plusieurs ministres, et notamment les ministres femmes, ont saisi l’occasion de la Journée Internationale du 8 mars pour féliciter le Président de la République d’avoir pris la décision de placer une femme à la tête du Gouvernement de la République, confirmant ainsi sa volonté de faire jouer à la femme sénégalaise un rôle de tout premier plan dans toutes les sphères de décision.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie