AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 8 juin 2000

Conseil des ministres du 8 juin 2000

Le Conseil des Ministres s’est réuni au Palais de la République ce jeudi 8 juin 2000 sous la Présidence du Chef de l’État Maître Abdoulaye WADE.

Ouvrant la séance, le Président de la République a félicité le Premier Ministre ainsi que tous les ministres qui s’étaient impliqués dans la préparation du Magal de Touba pour la réussite de cet événement national. Il leur a signifié la satisfaction du Khalife Général des Mourides.

Dans le même ordre d’idées, le Chef de l’État a donné des instructions précises pour que le gouvernement apporte tout son appui à la préparation du Gamou de Tivaouane.

Les mêmes instructions ont été données pour le pèlerinage de Poponguine qui doit bénéficier également de toute l’assistance nécessaire de la part du gouvernement.

Le Président de la République a aussi indiqué que le Premier Ministre le représentera au Gamou de Tivaouane et au Pèlerinage de Poponguine à la tête d’une délégation du gouvernement.

Au chapitre des nominations, le Conseil des Ministres a pris les mesures individuelles suivantes :

  • M. Nouhou Demba Diallo, Administrateur Civil principal, précédemment adjoint au Gouverneur de la Région de Thiès chargé des Affaires administratives, est nommé Directeur de la Formation et de la Communication à la Direction Générale des Elections, en remplacement de Madame Awa Ndiaye Diouf, appelée à d’autres fonctions.
  • M. Amadou Bâ Mbodj, Commissaire de Police, précédemment en service à la Direction des opérations électorales, est nommé Directeur des Opérations électorales à la Direction Générale des Élections, en remplacement de M. Adama Diakhaté, mis à la disposition de la Mission des Nations-Unies en Sierra Leone (MINUSIL).
  • M. Abdoulatif GUEYE est nommé Président Exécutif, Ambassadeur itinérant de l’Organisation l’Afrique Aide l’Afrique.

Le Chef de l’État a rappelé que le rôle de ‘’A.A.A.’’ est de permettre aux africains d’intervenir sur tous les théâtres de la souffrance en Afrique, suite à des calamités naturelles ou des guerres, de façon à être également présents comme le font les pays occidentaux et leurs ONG.

L’Afrique Aide l’Afrique, pour accomplir sa mission, devra compter principalement sur la contribution des Africains du Continent et de la Diaspora. Le Mouvement sera officiellement lancé au Maroc par Sa Majesté Mohamed VI et le Président de la République du Sénégal.

Dans sa communication au Conseil, le Président de la République a informé le Conseil des résultats des missions qu’il a effectuées en France, au Maroc et en Libye dont le compte rendu a déjà été fait. Il a seulement insisté sur la nécessité pour les Ministres de prendre en charge, chacun en ce qui le concerne, les questions relevant de leur département pour leur mise en œuvre.

Devant l’intérêt manifesté par nos partenaires de France, notamment les Collectivités locales pour le préscolaire, précisément pour la « CASE DES TOUT PETITS », le Chef de l’Etat a demandé au Ministre de l’Éducation Nationale de préparer un projet complet combinant la « CASE DES TOUT PETITS » et « LA MAISON DE L’OUTIL ».

A ce sujet, il a rappelé l’intérêt manifesté par l’UNESCO pour l’idée de la Case des Tous Petits surtout dans ses aspects culturels par la présence auprès des enfants d’une grand-mère chargée de leur inculquer les valeurs de notre culture.

Au sujet de la Casamance, le Chef de l’État a tenu à indiquer qu’en collaboration avec les Chefs d’État de Guinée Bissau et de la Gambie, l’on s’orientait vers une solution.

S’agissant du différend qui nous oppose à la Mauritanie, le Chef de l’État a demandé au Ministre des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l’Éxtérieur et au Ministre de l’Hydraulique de s’entretenir avec les ambassadeurs accrédités au Sénégal et avec la presse pour leur faire comprendre tous les aspects de ce problème, notamment le fait que le Gouvernement n’a ni fait une déclaration ni commis un acte qui pourrait être interprété comme l’expression d’une hostilité à l’égard de la Mauritanie.

Le Chef de l’État tient, une fois de plus à demander aux Mauritaniens de se sentir comme chez eux au Sénégal et, aux Sénégalais, de ne manifester aucun ressentiment à la suite de la décision unilatéralement prise par la Mauritanie d’expulser les citoyens sénégalais.

Il a demandé au Premier Ministre de prendre toutes les mesures pour l’évacuation de nos ressortissants dans les délais impartis par la partie mauritanienne.

Le Président a informé le Conseil des Ministres qu’il doit se rendre à Bamako le vendredi 9 juin 2000 à 8 H 30, pour un retour prévu à 17 H 30. Par ailleurs, le Président Yaya JAMMEH, fera escale à l’aéroport de Dakar où il sera accueilli par le Chef de l’État à 18H

Après le Président de la République, le Premier Ministre a fait au Conseil une communication complétée par le Ministre de l’Agriculture et de l’Élevage, sur l’état de la préparation de la campagne agricole.

Cet exposé a fait apparaître les efforts particuliers qui ont été entrepris, à la demande du Chef de l’État, pour assurer la disponibilité des semences d’arachides, en quantité suffisante et à un coût fort élevé, malgré le niveau faible du remboursement des semences qui avaient été prises à crédit pendant la campagne agricole 1999-2000. Cette situation est due au fait que pendant la dernière campagne électorale les autorités publiques de l’État sénégalais avaient laissé entendre, avant le changement intervenu le 19 mars 2000, que la dette des paysans pourrait être effacée, mesure qui, dans tous les cas, était impossible pour la raison que les semences et engrais mis à la disposition du monde paysan sont toujours financés à travers le système bancaire sénégalais, sous forme de prêts garantis par le Gouvernement.

La règle, dans ce domaine, est que les paysans qui se sont acquitté de leurs dettes sont les seuls à pouvoir recevoir de nouvelles semences pour la campagne en cours. Pour la campagne 2000-2001, les semences d’arachides ont été exceptionnellement distribuées à crédit, selon des critères objectifs, à tous les paysans qui en ont fait la demande. Il reste entendu que la récupération des dettes de la campagne écoulée se poursuivra au niveau de la SONACOS et de la Caisse Nationale de Crédit Agricole et que les semences qui sont actuellement distribuées devront être remboursées, en temps opportun, pour faciliter la poursuite de la distribution des semences pour la prochaine campagne. C’est pourquoi, face à l’effort ainsi mis en œuvre par le Gouvernement, il est fait appel à tous les bénéficiaires pour qu’ils procèdent au remboursement des dettes contractées en 1999-2000 et à l’occasion de la présente campagne pour permettre au gouvernement de leur assurer une bonne campagne agricole l’année prochaine.

Il a été également indiqué que les 100.000t d’engrais initialement fixées comme objectif par le gouvernement, seront produites dans les délais requis. Les prix raisonnables proposés témoignent du souci du gouvernement de relancer l’Agriculture en facilitant aux producteurs l’accès aux intrants.

Le Premier Ministre a ensuite abordé les dossiers prioritaires du Gouvernement sénégalais, en termes de plans de travail, ministère par ministère. Il a également évoqué la Déclaration de politique générale que le Gouvernement fera devant l’Assemblée Nationale dès que la date sera fixée en accord avec l’Institution parlementaire.

Ensuite, le Premier Ministre et le Ministre de l’Agriculture ont présenté devant le Conseil le projet du « Sénégal agricole », qui est un programme multisectoriel de coopération visant la lutte contre la pauvreté dans les campagnes et dans les villes. Ce programme a été élaboré par le Gouvernement du Sénégal et l’Université américaine du Minnesota. Ses objectifs sont de promouvoir un partenariat agricole par la création de pôles de production et de services, dans les domaines de l’agriculture, de l’horticulture, de l’élevage, de la pêche et de l’agro-foresterie, de résorber le chômage des jeunes ruraux et urbains y compris celui des diplômés, d’encourager l’entreprenariat féminin et d’améliorer les capacités des acteurs impliqués dans le projet par la formation et la recherche, de développer l’infrastructure rurale de base et de préserver l’environnement.

Plusieurs volets composent ce programme qui créera 5 agropoles et 25 domaines agricoles couvrant l’ensemble des départements du Sénégal.

« Le Sénégal agricole » a déjà fait l’objet d’un cadre de coopération signé entre le Gouvernement du Sénégal et l’Université du Minnesota, dans les mêmes termes que celui mis en œuvre au Maroc, depuis trente ans, avec des résultats remarquables dans tous les domaines énumérés. Le Royaume du Maroc s’est joint au Sénégal pour faciliter cette coopération triangulaire Nord-Sud-Sud, Sénégal-Université du Minnesota-Maroc, par cette forme de coopération consacrée au développement d’un secteur privé rural solide et compétitif, de transfert de technologie, d’attraction d’investisseurs et d’ouverture de marchés extérieurs nouveaux pour les produits agricoles et halieutiques du Sénégal.

Par ailleurs, la communication du Premier Ministre a porté sur le soutien que les Pouvoirs publics sont disposés à apporter aux groupements et associations de femmes productrices de la Vallée du Fleuve dans le cadre de la fédération de ces groupements et associations, la FEPRODES. Le Conseil des Ministres a pris la décision d’accentuer le soutien du Gouvernement en faveur de ces groupements, dans la région de Saint-Louis et dans le reste du Sénégal, par une prise en compte de leurs objectifs dans les programmes d’encadrement et d’affectation de parcelles aménagées. Il est prévu de leur faciliter l’assistance des Pouvoirs publics en semences de décrue et en intrants en faveur des populations rurales victimes d’inondations de même qu’un accès aux possibilités d’irrigation dans les périmètres où s’exécutent leurs projets. Il sera demandé à la SAED d’assurer un encadrement rapproché en faveur de la Fédération des groupements et associations des femmes productrices de la Vallée du Fleuve Sénégal, sous l’égide du Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage.

Le Premier Ministre a ensuite indiqué au Conseil que le Comité régional de Développement qui aura lieu à Saint-Louis, le samedi 10 juin 2000, sera consacré à deux dossiers : celui des inondations à Saint-Louis et celui de la campagne agricole dans la région Nord. Les Ministres responsables de ces deux secteurs seront les maîtres-d’œuvre du CRD de Saint-Louis dont les travaux s’ouvriront après une visite guidée sur le site des zones inondables, en compagnie des techniciens et experts des ministères compétents.

Le Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat a de son côté complété la Communication du Premier Ministre en rendant compte de la réunion préparatoire , à Nairobi, de la Session extraordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies consacrée à l’évaluation du « programme pour l’Habitat ».

Enfin le Ministre de la Culture et de la Communication a rendu compte des travaux de la Conférence mondiale des radiocommunications tenue à Istambul du 7 mai au 2 juin 2000 sous l’égide de l’Union Internationale des Télécommunications.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie