AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 7 décembre 2000

Conseil des ministres du 7 décembre 2000

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jeudi 7 décembre 2000 au Palais de la République, sous la présidence du Chef de l’État Me Abdoulaye WADE.

Dans sa communication, le Président de la République a tout d’abord demandé au Ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique de veiller à une bonne préparation de la visite qu’une délégation de la République Islamique de Mauritanie, envoyée par le Président Sidy Ahmet Ould TAYA, effectuera prochainement à Dakar.

Abordant ensuite certaines questions portant sur la gestion du marché de Kermel, le Chef de l’État a demandé l’élucidation du système de gestion dudit marché de façon à trouver une solution structurelle aux problèmes d’insalubrité qui s’y posent.

Le Président de la République a ensuite demandé au Ministre de l’Équipement et des Transports de faire procéder à l’allongement de la piste de l’aéroport de Saint-Louis pour permettre l’exportation de la production agricole de la région, sans transiter par Dakar. Il lui a ensuite demandé de créer les conditions pour la réfection rapide des tronçons de route Mbour-Kaolack et Kaffrine-Tamba dont l’état défectueux affecte sérieusement la circulation des personnes et des biens.

A propos de l’Ile de Gorée, le Président de la République a demandé au Premier Ministre de réunir autour de lui une commission composée du Ministre de la Culture et de la Communication, du Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, du Ministre du Tourisme et des experts concernés, pour examiner les problèmes qui se posent et envisager les solutions appropriées.

S’agissant de la préparation du référendum constitutionnel, le Président de la République a donné lecture de la liste de tous ceux qui lui ont fait parvenir des contributions dans le cadre de l’élaboration du projet de Constitution. Il s’agit des partis politiques, d’organisations de la société civile et de personnes physiques. Il a, à ce sujet, signalé que l’une des dernières contributions reçues est celle du Président Kéba MBAYE.

Le Président de la République a ensuite demandé au Premier Ministre de réunir, dans les plus brefs délais, le Conseil interministériel qui devra se pencher sur la dernière version du projet avant que lui-même ne la soumette au peuple le 7 janvier prochain. Le Chef de l’Etat a écarté toute idée de soumettre le projet de texte constitutionnel à l’Assemblée nationale, préférant garder fermement le cap dans sa volonté de solliciter, directement, l’avis du peuple sénégalais.

Abordant la question des audits et celle de la corruption, le Chef de l’État a invité le Ministre d’État, Directeur de Cabinet du Président de la République, à demander à la commission des audits de publier l’état de ces audits afin d’informer l’opinion. Il a également demandé au Premier Ministre de réunir un Conseil interministériel pour étudier les mesures idoines pour éradiquer définitivement la corruption, en tenant compte des conclusions de la conférence organisée par le Forum civil. Dans le même ordre d’idée, il a demandé au Ministre de la Justice de réactiver la loi sur l’enrichissement illicite et d’identifier les juridictions compétentes.

Abordant le dernier point de sa communication, le Président de la République a demandé au Ministre du Commerce de mettre en place une commission consultative avec pour mission de préparer une conférence qui se tiendra avec la participation de Chefs d’État et de Gouvernement des différentes régions du monde en développement, pour proposer la convocation d’une assemblée générale des NATIONS - UNIES dont l’objet sera de revisiter le phénomène de la globalisation.

Le Premier Ministre par intérim a, dans sa communication, informé le Conseil sur les graves problèmes de gestion mis en évidence à la société SENCHIM – AG.

Il a également rendu compte de la visite d’un groupe sud-africain intéressé par l’exploitation des mines de fer de la Falémé, projet comportant la construction d’un chemin de fer à grand écartement, jusqu’à Bargny, où sera réalisé un port minéralier.

Le Président de la République a, à ce propos, confirmé que le principe du financement du chemin de fer à grand écartement Dakar-Thiès est accepté par les bailleurs de fonds.

Le Ministre de l’Équipement et des Transports a complété la communication du Premier Ministre en informant le Conseil de l’état d’avancement du projet de desserte maritime Dakar-Bargny.

Le Ministre de l’Économie et des Finances a informé le Conseil, qu’à la demande du Président de la République, il a saisi la France pour le lancement, en Casamance, de divers projets prioritaires dont certains ont été élaborés à la demande de l’Abbé Diamacoune Senghor et comprennent de grandes fermes et des écoles de formation, dont le Centre de Formation d’Agriculteurs de Bignona. Le Ministre de l’Économie et des Finances a ensuite indiqué qu’il avait également approché l’ensemble des bailleurs de fonds pour examiner, avec eux, les différents projets à financer en Casamance.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie