AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 29 juin 2009

Conseil des ministres du 29 juin 2009

Le Conseil des ministres s’est réuni le lundi 29 juin 2009, à partir de 10 heures, au Palais de la République, sous la présidence de son Excellence Me Abdoulaye Wade, président de la République.

Dans sa communication au Conseil, le président de la République est revenu sur la cérémonie de remise officielle du Rapport du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra), le 18 juin 2009.

Le chef de l’Etat a ensuite informé le Conseil avoir reçu en audience :

  • une délégation espagnole spécialisée dans la transformation des produits de la mer conduite par M. Lanthony ;
  • une délégation de la Commission nationale de l’Ujtl ;
  • M. Aziz Dièye, expert-comptable ;
  • M. Alpha Condé ;
  • M. Balla Dièye, champion du monde des pays francophones des arts martiaux ;
  • Dr. Francesco Rampa, porteur d’un message de M. Silvio Berlusconi, président du Conseil du gouvernement d’Italie.

Le président de la République a fait part au Conseil des différentes missions qu’il a effectuées, du 21 au 26 juin 2009.

A Abuja, le chef de l’Etat a pris part à la 36ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao, ainsi qu’au Sommet spécial Cedeao/Espagne.

Dans son intervention à Abuja, le président de la République a notamment :

  • évoqué la situation en Guinée-Conakry et en Guinée-Bissau, en insistant sur la nécessité absolue d’aider et d’encadrer ces deux pays voisins pour accompagner leurs processus de sortie de crise ;
  • exprimé ses vives félicitations au sujet du trafic de drogue et le transfert de déchets toxiques dans certains pays de la sous-région ;
  • proposé l’harmonisation des Codes d’investissement des pays membres de la Cedeao pour éviter une concurrence ruineuse entre eux ;
  • mis l’accent sur la nécessité de développer une solidarité sous-régionale pour régler définitivement les problèmes d’énergie par la construction d’ouvrages communautaires de production, de transport et de distribution d’énergie ;
  • suggéré une étude sur les voies et moyens de faire baisser le coût du fret maritime en Afrique de l’Ouest ;
  • insisté sur l’urgence liée à la réalisation de l’intégration politique de la Cedeao avec la constitution d’une entité confédérale. Cette proposition a été fortement soutenue par le président ivoirien Laurent Gbagbo qui a même offert d’accueillir une rencontre à ce sujet.

S’agissant du Sommet spécial Cedeao/Espagne, initiative conjointe de M. José Luis Zapatero, président du gouvernement espagnol et de son Excellence Abdoulaye Wade et qui a pour objet la promotion d’une coopération novatrice dans les domaines du développement, de la sécurité et des mouvements migratoires, le président de la République a fait une brillante intervention dans laquelle il a notamment :

  • évoqué les relations avec l’Espagne et surtout la tragédie de l’immigration clandestine ;
  • loué le dispositif Frontex grâce auquel les flux migratoires ont pu être maîtrisés ;
  • félicité le président Zapatero pour l’initiative d’un nouveau type de coopération concerté et loué l’Espagne pour cette nouvelle approche ;
  • cité les défis auxquels l’Afrique est confronté :
    • sur le plan économique : bouleversement des règles du jeu et des rapports eurafricains, crise financière ;
    • sur le plan environnemental : dégradation de l’environnement et criminalité transfrontalière.

A cet effet, le président de la République a proposé les solutions suivantes :

  • l’établissement d’un partenariat novateur et durable ;
  • la promotion du partenariat public/privé dans les secteurs-clé comme les infrastructures, l’énergie et l’agriculture ;
  • la fourniture directe d’équipements, de matériels et d’intrants agricoles et l’encadrement des jeunes ;
  • l’affectation, à titre principal, du fonds Espagne/Cedeao au projet de développement adapté aux besoins de nos jeunes (ateliers de formation aux métiers, fermes agricoles en milieu rural, etc.) ;
  • la mise en place d’un mécanisme de suivi du Sommet sous forme de rencontres sectorielles.

Après Abuja, le chef de l’Etat et sa délégation se sont rendu à Bamako pour procéder au lancement de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte destinée notamment à lutter contre la désertification. A cette occasion, le président de la République a fait une allocution de fond sur l’historique et les enjeux de la Grande muraille verte. Il a notamment :

  • rendu un hommage mérité à l’ancien président du Nigeria Olusegun Obasanjo, Initiateur du projet ;
  • exposé quelques causes de la sécheresse et de la désertification (changements climatiques, activités humaines, déforestation, etc.) ;
  • décrit les moyens de renverser cette tendance négative par :
    • la colonisation du désert au sud du Sahara en facilitant la concrétisation des objectifs spécifiques de la Grande muraille verte par des activités agro-sylvopastorales, génératrices de revenus et permettant de satisfaire les besoins des populations rurales ;
    • l’identification des plantes ;
    • la diversification de systèmes d’exploitation des terres ;
    • la valorisation de la biodiversité ;
    • la création des bassins de rétention tout au long de la Grande muraille verte.

Le président de la République a insisté sur l’implication des populations sans lesquelles ce projet ne peut pas réussir et souligné la nécessité d’éviter de faire de la Grande muraille verte un projet à financement continu.

Le chef de l’Etat a aussi recommandé une grande opération de communication par tous les pays concernés pour que les populations adhèrent à cette initiative et proposé quelques idées de financement pour l’édification de la Grande muraille verte : appel aux bailleurs de fonds, contribution volontaire, construction d’habitations, etc.

A Bruxelles, le président de la République, invité par M. Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire aux Infrastructures, a participé à la conférence de presse organisée à la Commission européenne après l’adoption d’une communication sur le thème du partenariat Union européenne/Afrique : « Comment connecter l’Afrique et l’Europe : vers un renforcement de la coopération en matière de transport ».

Le président de la République a ainsi :

  • salué le consensus réalisé autour des infrastructures comme priorité du développement ;
  • souligné l’importance des études de faisabilité ;
  • insisté sur la réalisation d’infrastructures de qualité en Afrique ;
  • précisé que le Nepad a déjà identifié les axes pour l’interconnexion de l’Afrique ;
  • évoqué, pour s’en réjouir, la nouvelle dynamique des négociations autour des Ape qui prennent désormais en compte l’aspect « développement » ;
  • mis en garde contre un risque d’isolement de l’Afrique avec l’Union pour la Méditerranée et insisté sur l’alternance que pourrait offrir la coopération Sud/Sud avec d’autres pays tels que la Chine, l’Inde, le Brésil et même la Russie. En effet, dira le président de la République, « l’Europe devient de moins en moins concurrentielle et il faut trouver ensemble les moyens de renforcer la coopération Europe/Afrique, ... mais pour connecter l’Europe et l’Afrique, il faut d’abord connecter l’Afrique ».

Le chef de l’Etat et le vice-président de la Commission européenne ont par ailleurs convenu d’un programme de coopération dans le domaine aérien (contrôle aérien, formation d’experts, équipements, etc.) qui sera lancé début juillet 2009.

A Rome, le président de la République a participé à un forum sur le partenariat Italie/Afrique toujours sur invitation de M. Tajani, vice-président de la Commission européenne et dans la continuité de la rencontre de Bruxelles. M. Tajani a remercié le président de la République pour la franchise des propos qu’il a tenus à Bruxelles et a donné les grandes lignes du plan Afrique, une nouvelle stratégie du gouvernement italien pour améliorer la coopération entre les entreprises italiennes et africaines.

Dans son intervention, le chef de l’Etat a insisté sur le fait que l’Europe a toujours aidé l’Afrique mais elle doit changer de stratégie pour ne pas se laisser dépasser par les pays émergents (Inde, Chine, Brésil, Russie).

Le chef de l’Etat a aussi évoqué les accords Europe/Afrique, particulièrement les Ape, qui sont actuellement en discussion. Le président de la République a suggéré de changer l’appellation en Apd (Accords de partenariat pour le développement) qui serait plus approprié à la situation actuelle de nos pays.

Le chef de l’Etat a évoqué les problèmes d’immigration en remerciant l’Italie pour l’hospitalité à nos citoyens (la plus importante communauté en Europe). Il a aussi cité l’exemple des accords signés avec l’Espagne et la France dans le domaine de l’immigration et condamné les immigrations clandestines tout en rappelant les mesures de lutte contre ce phénomène (contrôles en mer et sur terre, etc.).

Le président de la République a mentionné quelques domaines de partenariat avec l’Italie :

  • dans le domaine agricole (Goana, productions maraîchère et fruitière) ;
  • dans le domaine industriel (transformation de produits agricoles).

Le chef de l’Etat a cité quelques récents succès du Sénégal notamment :

  • le classement au Doing business de la Banque mondiale (premier en Afrique et cinquième au monde) ;
  • le vote du programme Fmi du Sénégal à l’unanimité et
  • le rapport du Sénégal au Conseil des droits de l’Homme de Genève.

En conclusion, le président de la République a émis le souhait que des réunions de réflexion Europe/Afrique se tiennent de façon régulière afin de discuter des principes et stratégies en matière de coopération vis-à-vis de l’Afrique et a demandé à M. Tajani de transmettre ce message au président Barroso.

A Nouakchott, le chef de l’Etat devait trouver une solution au dernier blocage pour la mise en œuvre de l’Accord de Dakar.

Après la signature des décrets de nomination du Premier ministre et des membres du gouvernement, le président Sidi Ould Abdellahi a remercié chaleureusement le président de la République pour son implication personnelle dans cette médiation, ainsi que le Groupe international de contact.

Le président Sidi Ould Abdellahi a ensuite remis sa démission en déclarant renoncer volontairement à ses fonctions de président de la République en considération de l’intérêt de la Mauritanie.

Revenant sur l’actualité nationale, le président de la République a insisté sur la nécessité de veiller à ce que rien ne fasse obstacle à l’exercice des fonctions dont les collectivités locales ont été investies. L’État doit continuer à jouer son rôle tout en assumant pleinement ses obligations dans l’esprit de cohabitation de compétences. Il a, à cet effet, félicité les initiatives locales d’opérations de nettoyage et d’assainissement entreprises depuis quelques jours à Dakar. Il a donné des instructions au Premier ministre pour appuyer l’action des collectivités locales de la capitale dans l’intérêt général des populations.

A la suite du président de la République, le Premier ministre a fait part au Conseil de l’audience qu’il a accordée au ministre togolais de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, porteur d’un message de son Excellence M. Faure Eyadéma, président de la République du Togo.

Toujours dans le cadre de ses audiences, le Premier ministre a rencontré :

  • l’ambassadeur du Vatican au Sénégal venu lui rendre une visite de courtoisie. A cette occasion, l’ambassadeur a souligné l’intérêt pour le Saint-Siège de voir résolues les crises casamançaises et bissau-guinéennes ;
  • l’ambassadeur d’Egypte au Sénégal qui a évoqué la possibilité de coopération technique entre nos deux pays dans le domaine de la santé et de la production rizicole ;
  • le Comte Thierry De Beaumont-Beynac, président de l’Association française de l’Ordre de Malte qui conduisait une délégation. A ce propos, la perspective du passage de l’Institut de léprologie appliquée de Dakar à un grand hôpital également spécialisé dans la chirurgie orthopédique réparatrice des handicaps locomoteurs a été évoquée :
  • M. Tegegnework Gettu, sous-Secrétaire général des Nations unies et directeur régional du Pnud pour l’Afrique, accompagné du Coordonnateur-résident du système des Nations unies au Sénégal. Au cours de cette entrevue, M. Gettu a salué les performances du Sénégal dans les domaines de renforcement des capacités pour une meilleure gouvernance politique, économique et sociale. Il a aussi évoqué la disponibilité du Pnud à appuyer l’Afrique dans le cadre de la préparation du prochain Sommet de Copenhague sur les changements climatiques prévu en décembre 2009.

Au titre de ses activités, le Premier ministre a fait part au Conseil des Journées de partage sur les réformes du secteur de la Justice qu’il a présidées. A cette occasion, il a rappelé les efforts louables consentis par l’Etat depuis l’année 2000 pour hisser le secteur de la Justice au rang des standards acceptables.

Au titre de la représentation, le Premier ministre a informé le Conseil des visites de courtoisie à certaines familles religieuses de Louga, de Touba et de Diamal dans le département de Birkilane.

Le Premier ministre a aussi fait part au Conseil du lancement du Projet de formation professionnelle des jeunes filles qu’il a présidé à Mbacké.

A la suite du Premier ministre, le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances, a indiqué au Conseil que la gestion prudente et transparente des Finances publiques vient d’être, une fois de plus, saluée par les bailleurs de fonds et les institutions internationales. En effet, l’Afd et la Banque mondiale ont contribué respectivement à hauteur de 20 milliards de francs Cfa et 53 milliards de francs Cfa, soit un total de 73 milliards pour l’achèvement dans les délais du Projet de l’Autoroute à péage, projet prioritaire de l’économie nationale pour lequel le Sénégal a déjà décaissé 55 milliards de francs Cfa. Par ailleurs, dans le cadre de la facilité des chocs exogènes, le Fmi a octroyé au Sénégal un appui budgétaire de 48 milliards de francs Cfa dont 24 milliards sont déjà disponibles.

Interpellé, le ministre de l’Agriculture a rendu compte au Conseil du bon déroulement des opérations de distribution des semences et de la mise en place des engrais.

Le chef de l’Etat est revenu sur la nécessité de former les paysans à l’utilisation et à la valorisation de l’engrais composé à 100 % de matières organiques en vue de réduire le lessivage des sols, d’assurer une croissance plus régulière et plus résistante des plantes, la structure du sol et de développer la vie biologique des sols.

Au ministre de la Culture, qui informait le Conseil de la participation du Sénégal au Festival panafricain d’Alger, du 5 au 20 juillet 2009, le président a instruit de réhabiliter, pour le compte de l’Association africaine des architectes, le site historique de Ponty Sébi.

Le Premier ministre a félicité le ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures pour les résultats obtenus à l’issue de son voyage au Koweït, auprès de l’Emir koweïtien, Cheikh Sabah al-Ahmed al-Jaber al-Sabah qui, après s’être réjoui de la qualité de la coopération entre le Koweït et le Sénégal, a félicité le Sénégal pour sa médiation réussie en Mauritanie.

Le ministre d’Etat a obtenu du Koweït un accord de soutien financier et logistique au Fesman, mais aussi la participation d’artistes et hommes de culture koweitiens.

Le dynamisme du Sénégal et sa politique d’émergence présentés par le ministre d’Etat ont emmené l’Emir à réitérer sa disponibilité de contribuer au développement de notre pays. Une mission koweitienne d’hommes d’affaires sera à cet effet dans les prochains jours l’hôte du Sénégal.

Le ministre d’Etat a, par ailleurs, pu obtenir du Fonds koweitien pour le développement économique arabe la participation au financement des projets d’élargissement de la Corniche Ouest, la construction de la route de l’Aéroport, de la route Patte d’Oie-Aéroport et de la route Linguère-Matam.

De grands groupes d’investisseurs koweitiens se sont dit prêts à investir dans des unités de production en vue de renforcer la capacité de production de la Senelec.

Le ministre d’Etat a par ailleurs informé le Conseil du grand intérêt que les grandes compagnies d’aviation, Boeing et Airbus ont pour le Sénégal. Ces géants de l’aviation, en attendant de finaliser les études sur le financement d’une flotte sénégalaise et la structure du trafic, déplaceront une mission à Dakar.

Le ministre d’Etat a aussi fait part au Conseil de la tenue, au mois d’octobre prochain, de la grande rencontre avec les partenaires de l’Union européenne portant sur le financement des routes au Sénégal.

Après le Fonds koweitien, le ministre d’Etat a eu des entretiens fructueux avec le directeur général de la « Kuwait investment authority ». Ce fut ensuite autour du Premier ministre du Koweït, Cheikh Nasser Al Mohammed Al Ahmad, de recevoir le ministre d’Etat et sa délégation.

Le président de la République a informé le Conseil de la visite qu’il compte effectuer :

  • à Syrte, en Libye, du 29 juin au 2 juillet 2009, où il participera au Sommet de l’Union africaine ;
  • à Paris, du 3 au 8 juillet 2009, pour le remise du Prix Houphouët-Boigny et
  • en Italie, le 9 juillet 2009, où il participera au Sommet du G-8.

Le Conseil a adopté le projet de décret fixant les règles d’organisation et de fonctionnement des Chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture.

Le Conseil a pris la mesure individuelle suivante :

  • M. Jean-Marie Assomption Messan Lawson, Administrateur civil principal, précédemment directeur des Affaires administratives et financières du Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales (Craes), est nommé Secrétaire général de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie