AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 25 mai 2001

Conseil des ministres du 25 mai 2001

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce vendredi 25 mai 2001 au Palais de la République, sous la présidence du Chef de l’Etat, Maître Abdoulaye WADE.

Dans sa communication au Conseil, le Président de la République s’est réjoui de la visite officielle que sa Majesté Mohamed VI, Roi du Maroc effectue au Sénégal depuis le 22 mai dernier, la première en Afrique au sud du Sahara depuis son accession au pouvoir.

Le Président de la République a remercié très chaleureusement les populations pour leur mobilisation exceptionnelle à l’occasion de cette visite. A l’endroit du peuple sénégalais, particulièrement des femmes et des jeunes qui lui ont tous témoigné leur disponibilité, il a exprimé ce qu’il ressent en ces termes :" SENEGALAIS YI SIGUIL NAGNOU MA ".

Le Chef de l’État a ensuite évoqué la disparition du Khalife général des Niassènes El Hadj Abdoulaye Ibrahima NIASSE, intervenue dans la nuit de mercredi à jeudi, et souligné que le Sénégal perd une de ses plus grandes figures, un érudit et un sage. Le Président de la République et le Gouvernement présentent à la famille du défunt, à la Communauté Niassène et à tous les Musulmans leurs sincères condoléances. Une délégation gouvernementale conduite par le Général Mamadou NIANG, Ministre de l’Intérieur, a été dépêchée pour présenter les condoléances du Chef de l’État.

Le Président de la République a informé le Conseil de sa décision d’envoyer l’Inspection Générale d’État dans les différents ministères pour procéder à toutes les vérifications nécessaires.

Abordant la conduite de l’action gouvernementale, le Président de la République a entendu placer cette première réunion du Conseil dans le cadre de la définition de méthodes de travail.

Il a renouvelé sa confiance à l’endroit du Premier Ministre et à son équipe, et a invité chaque ministre à faire preuve de disponibilité et d’engagement pour répondre aux préoccupations des populations. Il a souligné que cela passe par un changement de philosophie, de comportement et de méthode.

C’est pourquoi, il a tenu à préciser les principes qui devront guider l’action du Gouvernement.

Chaque ministre doit être imprégné de la politique définie par le Chef de l’État pour la conduite des affaires de l’État et que le Gouvernement est chargé d’appliquer sous la conduite du Premier Ministre.

Abordant les rapports avec l’Assemblée nationale, son rôle étant de représentation, de vote des lois et de contrôle de l’exécutif, il veillera à ce que ce rôle soit pleinement exercé.

Le Chef de l’État a invité l’ensemble des ministres à avoir des comportements exemplaires.

Il a rappelé l’obligation de respecter le principe de l’appel d’offres pour la passation des marchés à partir d’un certain montant.

En ce qui concerne les rapports avec le public, le Président de la République a invité les ministres à se tenir disponibles en répondant aux courriers des citoyens et à faire recevoir par leurs collaborateurs ceux qui les sollicitent et si leur calendrier le permet, d’accorder eux-mêmes des audiences.

Dans sa communication, Madame le Premier Ministre, après avoir félicité, à la suite du Président de la République, les ministres pour le choix porté sur leur personne, a rappelé les principes qui doivent guider l’action du Gouvernement.

Elle a tout d’abord rappelé le principe constitutionnel de la solidarité gouvernementale fondée sur un esprit de franche collaboration entre tous les ministres pour éviter tout blocage du fonctionnement des services publics.

Elle a insisté sur la nécessité d’un travail de qualité fondé sur une capacité de réaction rapide et intelligente dans le traitement des affaires.

Madame le Premier Ministre est revenue sur l’obligation de respecter le principe de l’appel d’offres qui ne doit pas être vidé de sa substance ni être contourné par des procédures d’urgence.

Elle a également insisté sur la nécessité de réduire la taille et la fréquence des missions à l’étranger des ministres et de leurs collaborateurs, les ministres ne devant se déplacer qu’en cas d’absolue nécessité.

A cet égard, il est demandé de mettre de plus en plus à contribution, les représentations diplomatiques, ce qui aura pour effet de soulager le budget de l’État et de crédibiliser la fonction du ministre qui doit s’occuper de son département.

Elle a enfin précisé qu’un changement réel doit être opéré dans les méthodes, les comportements et les conceptions, ce qui doit induire un savoir-faire et un savoir-être indispensables pour la réussite de l’œuvre individuelle et collective que constitue l’action gouvernementale, sous l’éclairage de Monsieur le Président de la République.

Avant de lever la séance, le Président de la République a rappelé l’obligation du Gouvernement de tout mettre en œuvre pour la satisfaction des attentes des sénégalais et l’amélioration de leur vécu quotidien.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie