AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 21 septembre 2000

Conseil des ministres du 21 septembre 2000

Le Conseil des Ministres s'est réuni ce jeudi 21 septembre 2000 au palais de la République sous la présidence du Chef de l'État.

La mesure individuelle suivante a été prise :

Monsieur Mamadou Koumé, journaliste, précédemment Directeur des Etudes du Centre d’Études des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI), est nommé Directeur de l’APS en remplacement de Monsieur Abdou Gningue.

Le Conseil a également examiné et adopté le projet de décret créant le Fonds national de Promotion de la Jeunesse.

Après avoir ouvert la séance, le Président de la République a tenu à féliciter les jeunes pour les réalisations exceptionnelles qu’ils ont faites pendant les vacances citoyennes notamment dans la plantation de millions d’arbres.

A ce sujet, il a demandé au Ministre de l’Agriculture et au Ministre de l’Environnement d’engager sans tarder les préparatifs pour le prochain hivernage en prêtant une grande attention à la sélection des espèces résistantes à la sécheresse qui devront être reproduites dans les pépinières pour que l’année prochaine, il soit possible de planter 100 millions d’arbres contre 15 millions cette année. Il a aussi insisté sur la nécessité de protéger, par des haies vives, les jeunes pousses de façon à amoindrir au maximum les pertes.

Il a également demandé au Ministre de l’Agriculture, en rapport avec celui de l’Équipement, qu’il soit procédé au tracé des périmètres à planter en tenant compte des espaces cultivables.

Dans le même ordre d’idées, le Ministre de l’Éducation Nationale devra initier pour chaque école de l’intérieur du pays, un bois qui aura le nom de l’école, planté, entretenu et surveillé par les élèves.

Le Ministre de l’Environnement, en rapport avec le Ministre de l’Intérieur et le Ministre de la Décentralisation, étudiera avec les populations les modalités d’implantation de bois villageois là où cela n’existe pas à côté d’un bois de feu pour les besoins domestiques.

Toujours dans l’optique de la politique de maîtrise de l’eau, le Ministre chargé de l’Hydraulique est invité, en rapport avec les Ministres de l’Équipement, de l’Agriculture et de l’Environnement, à accentuer la mise en place des bassins de rétention.

Le Ministre de la Santé devra, en ce qui le concerne, veiller aux dispositions à prendre pour prévenir les effets néfastes sur la santé des populations que l’installation des bassins de rétention pourraient entraîner, comme la prolifération des moustiques et autres parasites.

Le Ministre de l’Agriculture est invité à sélectionner, avec les paysans, les cultures qui seront faites autour des bassins de rétention dans le cadre d’une agriculture familiale assurant aux villages une large autonomie alimentaire.

Le Président de la République a ensuite félicité chaleureusement les femmes qui se sont mobilisées à travers le pays pour procéder au nettoyage des cités, avant d’annoncer que des dispositions ont été prises pour l’arrivée prochaine de bennes d’enlèvement d’ordures à Dakar et dans les villes de l’intérieur.

Il a aussi demandé que la procédure de sélection du partenaire stratégique pour le traitement des ordures ménagères soit achevée au plus tard en octobre 2000.

Abordant encore une fois le problème du transport à Dakar, le Chef de l’Etat confirme que "Dakar Dem Dikk" sera bientôt opérationnel et que les premiers bus montés au Sénégal sont prévus courant 2001.

Évoquant ensuite la question du référendum constitutionnel, le Chef de l’Etat a confirmé ses directives pour que les différentes étapes liées à sa préparation soient rigoureusement respectées.

Le Président de la République a ensuite abordé le problème des routes au Sénégal.

A ce sujet, il a tenu à féliciter le Ministre de l’Équipement et des Transports pour ses initiatives comme le Colloque International sur la qualité des routes, qui vont permettre de traduire dans les faits sa ferme volonté de ne plus voir construire, au Sénégal, de mauvaises routes nécessitant d’interminables interventions et frais d’entretien.

Plus précisément, il a demandé au Ministre de l’Équipement de s’orienter, pour les routes futures, vers l’utilisation du ciment de route pour ses qualités en terme de longévité et pour les économies d’échelle à réaliser sur les dépenses d’entretien. L’autre avantage est que ce procédé utilise une matière première existant au Sénégal. Il a d’ailleurs encouragé l’installation de cimenteries à l’intérieur du pays et demandé au Ministre Chargé de l’Industrie de se pencher sur cette question.

Le Président de la République a félicité la commission tripartie de la route transcontinentale Tanger-Nouakchott-Kédougou via St-Louis et Dakar, après la signature du protocole d’accord entre les trois pays, le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal. Il a demandé au Ministre de l’Équipement et des Transports de proposer à nos partenaires la mise en place d’une agence chargée de la construction de cette route en rapport avec nos partenaires de l’Union Européenne.

Le Chef de l’État a par ailleurs demandé au Ministre de l’Équipement et au Ministre de l’urbanisme de mettre en place, respectivement une entreprise-école de formation aux différents métiers de travaux publics et une autre pour la formation aux différents métiers du bâtiment.

Dans les deux cas, les jeunes, pendant leur formation, recevront une rémunération.

Au Ministre du Commerce qui en assurera la tutelle et au Ministre de l’Agriculture, le Président de la République a demandé de mettre en place une agence de régulation de la production agricole et des marchés pour, en rapport avec les partenaires, maîtriser les marchés extérieurs, l’exportation, le stockage, le transport, et le rythme de production par un encadrement efficace des producteurs.

Le Chef de l’État a ensuite annoncé qu’il se rendra au Togo les 23 et 24 septembre pour participer à la réunion des dix chefs d’Etat désignés par l’OUA pour aider la Côte-d’Ivoire à surmonter la crise politique qui affecte ce pays frère.

Il a annoncé en outre que, suite à une invitation de sa Majesté le roi Fahd Ben Abdel Aziz, Gardien des deux Saintes Mosquées il se rendra à Riyad courant octobre.

Dans sa communication, le Ministre des Mines, de l’Artisanat et de l’Industrie, assurant l’intérim du Premier Ministre, a évoqué les conditions précaires d’installation des services régionaux et leurs moyens généralement limités. Il a proposé la mise en œuvre d’une politique de création de cités administratives dans les capitales régionales et départementales où seront concentrés les services et moyens de l’État qui pourront être gérés en pool pour optimiser les rendements des services ; ceci se faisant, bien sûr, sous la supervision de l’autorité administrative compétente (Gouverneur ou Préfet).

Le Premier Ministre par intérim a évoqué ensuite le rôle de l’Artisanat qui est un secteur clef et qui joue un rôle charnière entre agriculture et industrie, comme entre villes et campagnes. Il a proposé l’adoption d’un programme d’urgence visant à la construction de villages artisanaux dans toutes les capitales régionales et départementales dans une première phase, dans toutes les communes puis toutes les communautés rurales dans une deuxième phase. Ces villages devront être dotés de centres de formation artisanale adaptés aux besoins locaux.

Le Président de la République a approuvé ces propositions et demandé au Ministre des Mines, de l’Artisanat et de l’Industrie de mettre sur pied une Agence Nationale d’Encadrement de la Petite et Moyenne Entreprise et de l’Artisanat afin de faciliter l’accès des acteurs économiques au crédit.

Il a demandé, par ailleurs, la mise en place de domaines industriels dans l’ensemble des capitales régionales et départementales.

La Communication du Ministre de l’Industrie assurant l’intérim du Premier Ministre a été complétée par :

  • Le Ministre de la Culture et de la Communication au sujet du rapport de la Commission nationale sur l’usure créée sur directive du Président de La République en date du 29 juin 2000 ;
  • Le Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, sur les aménagements de la Corniche ;
  • Le Ministre de l’Environnement sur la ceinture Nord ;
  • Le Ministre de l’énergie et de l’Hydraulique sur la situation à la Sénélec ;

Le Président de la République, après ces différents exposés, a donné les indications et directives suivantes :

  • L’institution de petits crédits pour les femmes avec une dotation initiale d’un milliard de francs ;
  • La fermeture de la Maison d’Arrêt de Rebeuss ;
  • L’appui aux écoles coraniques et la formation des enfants des daaras à
  • l’acquisition de métiers et à l’Alphabétisation dans les langues nationales.
  • Le Ministre de la Famille est chargé d’établir un programme sur ce sujet, en rapport avec les maîtres d’écoles coraniques qui le désirent ;
  • Le renforcement de l’Office de la main d’œuvre afin que tous les demandeurs d’emplois puissent se faire enregistrer désormais auprès de ce service, avec des bureaux à l’échelon départemental.

Pour les grands travaux nationaux, le Président a indiqué que le quart des emplois seront réservés, dans chaque département, aux demandeurs locaux. La réception, par lui-même, du rapport de la Commission nationale sur l’Usure, à une date qui sera indiquée par voie de presse.

Sur la Sénélec, il a réitéré ses instructions au Premier Ministre et au Ministre de l’Énergie pour que toutes les mesures appropriées soient prises, en vue de rétablir la fourniture de l’énergie électrique de manière ininterrompue. Il a, en particulier, demandé au gouvernement de poursuivre les discussions avec le partenaire stratégique en vue de sauvegarder les intérêts de notre pays.

Le Président de La République a enfin informé le Conseil de sa décision d’envoyer une mission politique en République démocratique du Congo pour répondre à la double sollicitation dont il a été l’objet de la part du Président Kabila d’une part et des participants au Sommet de Syrtes d’autre part.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie