AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 1er février 2001

Conseil des ministres du 1er février 2001

Le Conseil des Ministres s'est réuni ce jeudi 1er Février 2001 au Palais de la République, sous la présidence du Chef de l'État, Maître Abdoulaye WADE.

Ouvrant la séance, le Président de la République a fait formuler des prières et fait observer une minute de silence à la mémoire de l’étudiant Balla GAYE décédé à la suite des manifestions estudiantines du 31 Janvier 2001. Le Président de la République a ensuite informé le conseil que les ministre de l’Intérieur, du Plan, de la Famille et de la Solidarité nationale ont été désignés pour représenter le Chef de l’État et le Premier Ministre, et le Gouvernement, à la levée du corps de l’étudiant décédé.

Évoquant ce douloureux événement, le Chef de l’État a indiqué qu’il avait demandé à l’Inspection Générale de la Police, la Police des Polices, de faire une enquête complète pour connaître les circonstances exactes dans les quelles cet étudiant a trouvé la mort. Dans le même temps, les autorités judiciaires ont également ouvert une enquête sur instruction du Chef de l’État ; il a en outre demandé que cette enquête soit diligentée afin que les auteurs soient immédiatement traduits en justice.

Le Président de la République a encore une fois, condamné la violence d’où qu’elle vienne et a tenu à rappeler que le droit de manifestation a été expressément inscrit dans la Constitution qui régit actuellement notre pays et qu’il suffit d’observer la règle de la déclaration préalable pour pouvoir exercer cette liberté à laquelle il tient.

Il a demandé au Premier Ministre de réunir sous sa Présidence, le Ministre de la Justice, le Ministre de l’Intérieur et le Recteur de l’Université Cheikh Anta DIOP pour obtenir leur avis sur la nouvelle réglementation qu’il voudrait faire adopter afin que des incidents de ce genre ne se reproduisent plus dans les enceintes universitaires.

Le Chef de l’État a, en outre, réitéré ses instructions pour le respect des franchises universitaires qui interdisent toute introduction des forces de l’ordre dans le Campus universitaire, dans l’enceinte duquel l’exercice des pouvoirs de police est du ressort du Recteur.

Le conseil a ensuite rappelé l’attention soutenue accordée à l’examen des problèmes sociaux des étudiants et les efforts consentis dans le budget 2001 qui a vu les inscriptions du Ministère de l’Enseignement supérieur augmenter de plus de 5 milliards de francs ; en vue de permettre une meilleure prise en charge des besoins des étudiants.

Le Président de la République a ensuite exprimé sa volonté de faire mener une réflexion sur le droit de manifester dont l’exercice ne doit souffrir d’aucune restriction et qui n’obéit pas, selon les dispositions de la nouvelle Constitution à la procédure de l’autorisation, une déclaration étant suffisante dès lors que la manifestation programmée ne porte pas atteinte à l’ordre public.

Le Chef de l’État a ensuite invité les autorités administratives à faire preuve d’ouverture et de disponibilité en acceptant de recevoir les manifestants et de discuter avec eux de leurs revendications chaque fois que cela est nécessaire. Il a souhaité q’une réflexion soit entreprise sur les conditions d’intervention des forces de l’ordre, avant d’inviter tous les partis politiques à travailler à l’apaisement des esprits.

Abordant sa participation au sommet de DAVOS, le Président de la République a informé le conseil sur les nombreux contacts qu’il a eus tant avec des Chefs d’État étrangers qu’avec des opérateurs économiques parmi les plus fortunés du monde, et des dirigeants de puissantes sociétés dont une trentaine sont intéressés par des investissements au Sénégal.

Il a ainsi évoqué ses rencontres avec le Président Olesegun OBANSAJO du Nigéria et Tabo MBEKI de la République Sud-Africaine, ses discussions avec des opérateurs suisses désireux d’investir dans les secteurs de la Santé, de l’Agriculture et de l’Education et ses contacts avec la Fondation SORROS et la Fondation pour la Bioculture avec lesquelles il a eu des échanges sur les modalités de leurs éventuelles interventions au Sénégal.

Le Chef de l’État a ensuite évoqué ses différentes interventions à l’occasion de conférences de presse ou de sessions de dialogue direct avec le public.

Il a notamment indiqué qu’il a eu l’occasion de présenter son plan OMEGA pour le développement de l’Afrique dans lequel il a particulièrement insisté sur la nécessaire prise en compte, par les partenaires, de certaines réalités. Il a ainsi affirmé que :

  • l’Afrique ne pouvait pas supporter, de façon brutale les contraintes de la globalisation ;
  • le continent africain consacrait trop de moyens à la réalisation d’infrastructures, au lieu de concentrer ses faibles ressources sur la production.

Le Chef de l’État a donc insisté sur la nécessité d’inviter les partenaires au développement à orienter leurs interventions vers la réalisation de grands travaux, de façon à permettre à nos pays de s’investir dans l’amélioration de la production locale.

Il a ensuite donné des instructions pour que soit menée une réflexion sur les horaires de travail, en rapport avec les partenaires sociaux.

Il a, en outre, demandé au Ministre de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire de conduire une réflexion sur les grandes orientations de la politique de décentralisation, la création de la Région de Matam et du département de Saint-Louis ainsi que sur le rattachement de la Commune de Kahone à la Région de Kaolack.

Le Président de la République a enfin informé le conseil qu’il effectuera, à partir du 11 février 2001, des visites aux Émirats Arabes Unis, au Koweit et en Iran. Il sera accompagné, à cette occasion, des ministres concernés par les projets de coopération qui seront discutés avec les pays visités.

Dans sa communication au conseil, le Premier Ministre a successivement abordé :

  • les problèmes d’insalubrité liés aux ordures ménagères, aux déchets industriels et aux déchets médicaux ;
  • la situation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar ;
  • le fonctionnement de l’appareil administratif et la bonne gouvernance.

Au terme de sa communication le Premier Ministre a invité les Ministres de l’Environnement, de la Santé, de l’Équipement et des Transports à compléter son intervention dans leur secteur respectif.

Ainsi le Ministre de l’Équipement et des Transports, abordant les difficultés rencontrées récemment dans le transport par les sociétés sénégalaises des fruits et légumes destinés à l’exportation, a informé le Conseil des mesures qui ont été prises par les pouvoirs publics pour résoudre les problèmes posés. A cet égard, il a rendu compte de l’accord passé entre ses services et les compagnies aériennes desservant la destination Europe à partir de DAKAR.

Évoquant la question des équipements aéroportuaires le Président de la République a donné des instructions précises pour la mise en œuvre des mesures arrêtées et notamment celles concernant le prolongement de la piste de l’aérodrome de Saint-Louis, pour permettre l’accueil des gros porteurs, et la construction de magasins de stockage et de conservation des produits destinés à l’exportation, à partir de la ville de Saint-Louis.

Le Ministre de la Santé a fait au Conseil une communication sur l’organisation de la Semaine de Lutte contre la Mortalité maternelle. Il a évoqué l’ensemble des manifestations qui seront présidées par Madame Viviane WADE.

Le Ministre de l’Environnement a souligné les progrès accomplis dans la lutte contre l’insalubrité à Dakar. Il a notamment indiqué que les concessionnaires continuaient d’assurer le ramassage des ordures en attendant la mise en place des unités de traitement. S’agissant des déchets médicaux, le Ministre de l’Environnement a indiqué qu’ils étaient traités dans les hôpitaux dont les incinérateurs fonctionnent normalement.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie