AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 13 avril 2000

Conseil des ministres du 13 avril 2000

Monsieur le Président de la République a présidé ce matin au Palais de la République, la première réunion du Conseil des Ministres du gouvernement issu des élections présidentielles des 27 Février et 19 Mars 2000.

Ouvrant la séance, le Président de la République a demandé à chacun de prier son Dieu pour que par sa miséricorde, il éclaire notre chemin en vue de la réalisation de la mission que le peuple Sénégalais nous a confiée.

Il a ensuite tenu à féliciter toutes les sénégalaises et tous les sénégalais qui ont réussi à réaliser l’alternance politique dans les conditions que l’opinion nationale et internationale a saluées. Il a indiqué que si ailleurs, en Afrique, il y a eu alternance politique, celle-ci, pour ce qui concerne le Sénégal, était perçue avec beaucoup d’appréhension. Il a remercié tout le peuple sénégalais et a confondu dans ses remerciements toutes les sensibilités politiques, sans distinction, exprimant particulièrement sa gratitude à l’égard des autorités religieuses et de toutes les personnes qui ont prié pour que les élections se déroulent dans la paix.

Le Président de la République a aussi remercié tous les Chefs d’État des pays amis qui sont venus rendre hommage au peuple sénégalais, à l’occasion de sa prestation de serment, ainsi que tous ceux qui, n’ayant pu venir à Dakar, lui ont envoyé des messages de félicitations.

Après ces propos d’introduction, le Président de la République a indiqué l’ordre du jour du conseil structuré en deux parties : une première partie consacrée aux questions de méthode et d’organisation du travail gouvernemental et une deuxième partie consacrée aux questions urgentes.

Abordant la première partie de l’ordre du jour, le Président de la République a rappelé le fameux discours de la méthode de Descartes et s’est référé à la Constitution pour définir les interrelations entre le Président de la République et le Premier Ministre, entre l’espace présidentiel et le Gouvernement ainsi que le contenu des pouvoirs réglementaires, etc.

Il a informé le conseil des ministres de sa décision d’avoir deux séances de travail chaque semaine avec le premier Ministre en vue de la préparation du conseil des ministres du jeudi.

La première rencontre qui a pour objet la préparation du Conseil des Ministres, comporte d’abord une audience avec le Premier Ministre, de 16 h à 16 h 30, ensuite elle est élargie au Secrétaire général du Gouvernement, au Secrétaire général de la Présidence de la République et au Ministre d’État, Directeur de Cabinet du Président de la République.

Le Chef de l’État a tenu ensuite à expliquer les pouvoirs du Président de la République, ceux du Premier Ministre et des membres du Gouvernement aux termes de la Constitution.

Il a ensuite expliqué la structure de la Présidence de la République qui comprend, d’une part le Cabinet et, d’autre part le Secrétariat général.

Les rapports entre le Président de la République et les Ministres, le Premier Ministre et les Ministres ont été précisés. C’est ainsi qu’il a expliqué que le Premier Ministre pouvait tenir des conseils interministériels, réunissant tout ou partie des ministres selon la nature des questions à traiter.

Le Chef de l’État a aussi insisté sur la nécessité, pour les Ministres, d’apporter le maximum d’organisation dans leurs cabinets pour éviter le goulots d’étranglement.

Il a, par ailleurs, recommandé aux Ministres de limiter les voyages à l’extérieur tant pour eux-mêmes que pour leurs collaborateurs, au stricte minimum indispensable.

Il a informé les Ministres de la parution prochaine d’un bulletin quotidien qui informe des activités du Président de la République, de celles du Premier Ministre et des Ministres.

Après sa communication, le Président de la République a aussitôt donné la parole au Premier Ministre.

Monsieur le Premier Ministre a, pour sa part, entretenu le Conseil des différents volets du travail gouvernemental, en particulier en ce qui concerne les prérogatives des Ministres, les domaines de compétence, les délégations de signature, les incompatibilités prévues par la loi et la restructuration de certains ministères.

A ce sujet une circulaire primatorale dont le texte, déjà élaboré, sera soumis à la lecture du Chef de l’État, parviendra à tous les Ministres.

Le Premier Ministre, dans sa communication, a par ailleurs invité les Ministres à respecter le principe de la continuité de l’État dans la gestion des personnels des départements ministériels, et de veiller à la sauvegarde des éléments du patrimoine de l’État, en particulier des biens matériels et des objets d’art, à l’occasion des passations de service.

En ce qui concerne les cabinets ministériels, le Premier Ministre a insisté sur la nécessaire observation de l’éthique républicaine qui privilégie les règles de compétence et d’efficacité dans le choix des membres des cabinets.

Il a souhaité une responsabilisation des cadres professionnels dans les services centraux de façon à promouvoir la déconcentration dans la décision. C’est ainsi qu’il a abordé la question des délégations de signature et des délégations de pouvoirs pour en éclairer les différences et les complémentarités.

Après les deux communications de Monsieur le Président de la République et de Monsieur le Premier Ministre, des discussions fécondes ont permis d’aborder, tour à tour les questions d’organigramme, de communication interne ainsi que les conditions matérielles de travail des Ministres et des autres agents de l’État. A cet égard, la vétusté de certains immeubles publics comme le building administratif a été soulignée. Le Chef de l’État a donné des directives destinées à assurer la réhabilitation du Building et de certains ministères, à des coûts limités, pour parer aux urgences.

Le Chef de l’État a également décidé, dans un souci de rationalisation, que les appellations du ministère de l’Enseignement supérieur et du ministère chargé des Relations avec les Assemblées seront formulées, à compter de ce jour, comme suit :

  • Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
  • Ministère chargé des Relations avec les Institutions.

Abordant le deuxième point de l’ordre du jour relatif aux urgences, le Président de la République a abordé tour à tour :

  • La nécessité d’une bonne préparation de la campagne agricole, notamment par la mise à la disposition des producteurs de semences et d’engrais en quantité suffisante ;
  • la mise en œuvre de toutes les diligences pour parer au danger que constituent les inondations qui surviennent chaque année dans certaines régions notamment à Saint-Louis, dans les localités situées sur la Vallée du Fleuve Sénégal et à Dakar ;
  • la délimitation des bassins naturels de rétention d’eau de ruissellement en vue de leur compactage de façon à permettre à chaque village de disposer, en permanence, d’eau pour le bétail et pour les cultures vivrières. A cet effet, il a demandé au Ministre de l’Équipement et des Transports, au Ministre de l’Agriculture et de l’élevage, au ministre de l’Intérieur et au Ministre de l’Environnement de s’appuyer sur l’administration locale et les services déconcentrés de l’État pour effectuer les travaux le plus rapidement possible ;
  • la préparation de pépinières d’arbres résistant à la sécheresse en vue d’un reboisement massif du Sénégal à partir du prochain hivernage.

Le Chef de l’État a par ailleurs demandé au Premier Ministre de faire le point sur les financements non encore mobilisés avec les partenaires extérieurs en vue de les orienter, dès que possible, vers certains secteurs prioritaires.

Le Ministre des Forces Armées est chargé, sous le contrôle du Premier Ministre, d’élaborer un nouveau plan septennal pour l’Armée en matière d’équipement des troupes et d’entretien des soldats, compte tenu des missions qui lui sont confiées.

Il a demandé au Premier Ministre d’engager, dans les meilleurs délais, l’élaboration des termes de références pour l’audit de l’État et de ses démembrements conformément aux engagements pris.

Avant de clore ce point, le Président de la République a annoncé les décisions suivantes :

  • la construction d’un aéroport et d’un héliport à Touba, dans le cadre d’un programme de construction d’aéroports régionaux ;
  • le recrutement des diplômés de l’Ecole Normale Supérieure et l’examen diligent de la situation des élèves sortants des Écoles de Formation d’Instituteurs (E.F.I.) ;
  • une visite d’amitié et de travail à Paris, le 24 Mai prochain, à l’invitation des autorités françaises. Ce sera la première sortie officielle du Chef de l’État à l’étranger.

Le Chef de l’État a, par ailleurs, demandé au Premier Ministre de désigner les délégations devant représenter le Président de la République et le Gouvernement au Daaka de Médina Gounass et au Magal de Touba prévus dans le courant des mois d’Avril et Mai 2000.

Dans sa communication, le Premier Ministre a aussi mis l’accent sur l’important dossier de la campagne agricole 2000-2001, pour traduire le souci du Président de la République et du Gouvernement d’apporter au monde paysan l’appui nécessaire pour un bon déroulement de cette campagne. Il a, à cet égard, évoqué la question des semences et des engrais et fixé l’objectif optimum de 90 000 t de semences d’arachide qui pourraient être distribuées aux paysans dans toute la mesure du possible. Cette question a été soumise à l’examen des Ministres et des organismes compétents en vue de lui trouver une solution rapide.

Le Premier Ministre a ensuite informé le Conseil de la priorité que constitue la réhabilitation de l’éclairage public à Dakar et dans certaines villes de l’intérieur en rapport avec les problèmes d’insécurité. Il a également annoncé les mesures prévues en urgence pour résoudre les problèmes de l’insalubrité et celui de l’enlèvement des ordures ménagères en rapport avec la communauté urbaine de Dakar qui a en charge ce dossier.

Pour conclure ses travaux, le Conseil des Ministres a abordé certaines questions relevant des ministères de l’Économie et des Finances, de l’environnement, de la Culture et de la Communication. Ainsi, s’agissant de l’aide à la presse, le Président de la République a demandé au Ministre de la Culture et de la Communication, sous le contrôle du Premier Ministre et en relation avec les professionnels du secteur, d’étudier la question dans les meilleurs délais.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie