AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 13 juillet 2000

Conseil des ministres du 13 juillet 2000

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour 13 juillet 2000 au Palais de la République sous la Présidence de Maître Abdoulaye WADE, Président de la République.

Le Président de la République s’est d’abord réjoui de la remise de l’avant-projet de loi portant révision de la Constitution par Mme le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Présidente de la Commission mise en place pour élaborer le document. Il s’en est félicité avant de donner des instructions pour la tenue d’un conseil interministériel chargé d’adopter le projet du gouvernement. Ce conseil interministériel se réunira le mercredi 19 juillet 2000 sous la présidence du Premier Ministre.

S’agissant des partis politiques, il a rappelé que ces derniers sont invités à déposer leurs projets, au plus tard le 31 juillet 2000. Muni de l’ensemble des projets, le Chef de l’État convoquera, si cela s’avère nécessaire, une réunion qui aura pour objet la recherche d’un consensus sur le texte révisé de la Constitution de la République.

Le Président de la République a ensuite informé le Conseil des résultats du dernier sommet de l’OUA et de la contribution du Sénégal à cette importante rencontre.

Il s’est félicité de la création de l’Union Africaine qui est une victoire historique de l’Afrique sur elle-même. Il a rappelé à cet égard les luttes héroïques de grands Africains pour le noble idéal de l’Unité Africaine et leur a rendu un hommage appuyé.

Le Président de la République a également rendu hommage à l’OUA pour tout ce qu’elle a pu faire au cours de ses trente sept années d’existence non sans relever cependant ses difficultés à résoudre les conflits armés en Afrique.

Le Président de la République a toutefois souligné avec satisfaction le rôle joué par le Président BOUTEFLIKA d ’Algérie dans le retour de la paix entre l’Éthiopie et l’Érytrhée.

Évoquant les difficultés et douleurs ainsi que le long processus qui ont caractérisé l’émergence des grands ensembles dans d’autres régions du monde, le Président de la République s’est félicité de l’acquis important que constitue pour le Continent, la création de l’Union Africaine. Il a notamment insisté sur les dispositions de l’acte de création de cette Union qui engage les États à accélérer l’intégration politique et socio-économique du continent, de façon à faire jouer à l’Afrique le rôle qui est le sien dans l’économie mondiale et dans les négociations internationales.

Le Président de la République a donné des instructions pour qu’une large campagne médiatique soit menée sur l’Union Africaine. Il a aussi demandé que des débats d’approfondissement soient initiés au niveau des forces politiques du pays, de la société civile, des syndicats, des intellectuels et du peuple.

S’agissant plus particulièrement de la composante intellectuelle, le Président de la République a informé le Conseil de la décision de l’OUA de convoquer la 2e Conférence des Intellectuels africains qui fera suite à celle qu’il avait lui-même organisée en 1992. L’objectif de cette conférence a-t-il indiqué est de favoriser l’apport des intellectuels dans la constitution de l’Union Africaine en termes de propositions concrètes et pratiques. Au Sénégal, la coordination nationale des intellectuels devrait être redynamisée de façon à préparer la contribution de notre pays à cette conférence qui devra s’ouvrir aussi à la Diaspora. Le Guide de la Révolution Arabe Libyenne . Muammar El Khadafi a offert de recevoir dans son pays, cette Conférence internationale.

Le Président de la République a ensuite évoqué la contribution du Sénégal, sur la maîtrise des problèmes de la dette, à cette conférence de l’OUA. C’est dans ce cadre que sera tenu un séminaire continental africain sur la dette.

Le Président de la République a également saisi l’occasion pour insister sur la nécessité d’une participation de l’Afrique au débat déjà ouvert sur la réforme du système monétaire international, en soulignant que l’OUA pourrait recourir à l’expertise africaine pour défendre les positions et les intérêts de l’Afrique.

Le Président de la République a ensuite évoqué sa décision de créer un Institut Africain d’Histoire. Il en a défini l’objet et informé le Conseil qu’il y travaillait étroitement avec le Professeur Iba Der THIAM. 

Des historiens distingués des différentes régions d’Afrique et de la diaspora seront conviés à Dakar pour y réfléchir.

Dans sa communication, le Premier Ministre a annoncé la mise en place de groupes de travail diversifiés chargés de donner corps, au Sénégal, aux conclusions du sommet de l’OUA. Ainsi, des groupes de travail sur l’Union africaine, sur la conférence des intellectuels et sur la dette ont été créés.

Le Premier Ministre a évoqué les dossiers importants du Gouvernement et demandé aux ministres chargés des secteurs concernés d’exposer au Conseil l’état d’avancement des dits dossiers.

  • Le Ministre des Mines, de l’Industrie, de l’Artisanat a évoqué le symposium sur les normes en matière de protection et de sanction des droits de propriété intellectuelle en coopération entre l’Office américain des brevets et le gouvernement du Sénégal qui se tiendra à Dakar du 24 au 27 juillet 2000. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre sera présidée par Monsieur le Premier Ministre.

Le deuxième événement dont le Ministre des Mines, de l’Industrie et de l’Artisanat a entretenu le Conseil, concerne la Conférence des Ministres de l’Industrie qui aura lieu à Dakar les 24 et 25 juillet 2000. Le Ministre chargé de l’Industrie, Président en exercice, présidera la réunion qui regroupera 18 pays africains francophones d’Afrique.

  • Le Ministère des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l’Éxtérieur, a entretenu le Conseil de la création d’un centre de documentation et d’information au Ministère des Affaires Étrangères. Ce centre de documentation permettra aux Sénégalais qui vivent à l’étranger avec leurs familles de suivre, régulièrement, l’évolution de leur pays ainsi que les progrès qui y sont réalisés, dans de nombreux domaines. Ce centre servira également à recenser les préoccupations de ces Sénégalais et facilitera la prise en compte de leurs idées sur la marche de leur pays.

De même, le Ministre des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l’Éxtérieur a fait le point sur le calendrier et le contenu des prochaines sessions des grandes commissions et des commissions mixtes de coopération bilatérale entre le Sénégal et ses partenaires étrangers.

  • Le Ministre de l’environnement a abordé la question de la gestion du dossier des ordures ménagères et du curage des caniveaux en rapport avec la mise en place de l’autorité chargée de la propreté de Dakar au moment où la saison des pluies qui commence risque de rendre encore plus compliquée la situation d’insalubrité de Dakar.
  • Le Ministre de l’agriculture a fait le point sur la campagne agricole en indiquant que le taux de distribution avait atteint 96% et que la distribution des engrais a démarré.
  • Le Ministre de la Jeunesse a évoqué le championnat ""navétanes"" et les formes d’appui que l’État apporte à la jeunesse. Il a ensuite rendu compte au Conseil des dispositions prises pour que la jeunesse puisse passer des vacances citoyennes dont le lancement est prévu sous la présidence du Chef de l’État et la clôture sous celle du Premier Ministre. Le Programme de ces vacances citoyennes se déroulera sur l’ensemble du territoire national pendant les mois d’août et Septembre.
  • Le Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation a évoqué les questions relatives à la Politique d’aménagement du territoire en insistant sur la nécessaire restauration des équilibres pour un développement harmonieux et durable du pays.

Le Ministre de l’Environnement est de nouveau revenu sur l’interdiction de l’exploitation du sable de plage et des dangers que celle-ci constitue pour la presqu’île du Cap-Vert .

Sur cette question et sur d’autres, comme les salles de jeux, les machines à sous et l’occupation illégale du domaine maritime, le Président de la République a fustigé les violations graves de la loi et l’entêtement des coupables. Il a souhaité une application ferme de la loi contre les récidivistes et tous les contrevenants. En ce qui concerne plus particulièrement les machines à sous, les salles de jeux et les casinos, le Chef de l’État a rappelé que la réglementation dans ce domaine doit être scrupuleusement respectée, faute de quoi la loi sera appliquée pour mettre fin à toute situation anormale.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie