AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils des ministres > Conseil des ministres du 11 mai 2000

Conseil des ministres du 11 mai 2000

Ce jour, jeudi 11 mai 2000, le Conseil des Ministres s'est réuni au Palais de la République sous la Présidence de Monsieur le Président de la République.

Ouvrant la séance, le Président de la République a exprimé son émotion devant les nombreux articles de presse qui font état de prétendus désaccords au sein de la coalition gouvernementale.

Il a tout d’abord tenu à affirmer qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y a pas l’ombre d’un désaccord entre le Premier Ministre et le Président de la République qui travaillent très étroitement depuis la mise en place du gouvernement, leur seul souci étant d’honorer l’immense espoir placé en eux par le peuple sénégalais.

Il s’étonne donc des suppositions qui empoisonnent l’atmosphère mais n’engagent que leurs auteurs.

Il a souligné qu’en aucun moment Idrissa SECK dans sa déclaration, si l’on se réfère à l’article du journal et non au titre, n’a prononcé le nom de Moustapha NIASSE.

Le titre du journal n’est donc qu’une malheureuse et regrettable extrapolation. Il en appelle au respect de la liberté d’opinion de façon à éviter les cycles de démentis et de mises au point qui ne font que jeter la confusion.

Connaissant le professionnalisme des journalistes sénégalais, il souhaite que les paroles des Ministres soient rapportées avec exactitude et, en cas d’interprétation dont le journaliste est libre, que ce dernier ne prête pas cette interprétation aux Ministres.

Il estime que l’entente la plus parfaite règne au sein de l’équipe gouvernementale et entre le Président de la République et le Premier Ministre.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le chef de l’État a proposé au Conseil qui les a adoptés :

  • un projet de loi portant sur la mise à jour du fichier électoral,
  • un projet de décret instituant une révision exceptionnelle des listes électorales,
  • un projet de décret concernant la mise à jour du fichier électoral.

En conséquence de ces textes, la campagne pour les nouvelles inscriptions sur les listes électorales sera ouverte le 3 juin 2000. Aux termes desdits textes, devront s’inscrire tous ceux qui n’ont pas voté au 2eme tour du 19 mars 2000.

Abordant le problème de la propreté de Dakar, le Président de la République, en accord avec le Premier Ministre, a adopté un décret instituant une « Haute Autorité » pour la propreté de Dakar (HAPD) ayant pour mission :

  • le nettoiement et le balayage des maisons et de leurs devantures, des rues,
  • la collecte et le traitement des ordures ménagères,
  • l’utilisation des sous-produits, parpaings et électricité,
  • les travaux d’assainissement et d’hygiène de la capitale.

A la tête de la Haute Autorité de la Propreté de Dakar (IHPAD) est placé un Comité d’orientation et de Coordination dans lequel sont représentés tous les ministères liés aux questions de propreté ainsi que les collectivités locales.

Le Chef de l’État a décidé de confier la Haute Autorité aux femmes et à cet effet a désigné au Poste de Directrice Générale Madame NGOM née Fatou DIALLO. L’initiative de responsabiliser pleinement les femmes a été saluée par le Conseil.

Le Président de la République a promis de mettre à la disposition de cette Autorité tous les moyens nécessaires de façon à assurer de façon permanente la propreté de la capitale, la mission de l’Autorité n’excluant pas l’activité de la Communauté Urbaine de Dakar dans ce domaine.

Abordant la question du Trésor Public, le Président de la République a rappelé au Ministre des Finances la nécessité d’en revenir à l’orthodoxie de la gestion des deniers publics en réaffirmant, d’une part, le principe de l’unicité de caisse de l’État, en l’espèce le Trésor, d’autre part la nécessité de respecter le principe de la séparation de l’ordonnateur du comptable.

En application de ce principe, il n’y aura plus de comptes sous la seule signature d’un Ministre, à la fois ordonnateur et comptable. Le principe sera valable pour les projets gérés par l’État ouayant reçu l’aval de l’État.

Le Ministre des Finances est invité à conformer l’utilisation des comptes bancaires actuels à ces principes.

Le Président de la République a ensuite évoqué l’image insoutenable des murs effondrés du Cimetière de Soumbèdioune et a demandé au Premier Ministre, vu la carence de l’autorité municipale, de procéder d’urgence à l’édification d’un nouveau mur. Et ce, par respect de nos morts.

Évoquant les bourses d’étudiants, il a demandé au Ministre de l’Éducation Nationale et au Ministre de l’Enseignement Supérieur, d’assainir l’allocation des bourses qui ne seront plus données sur la base d’appartenance politique mais uniquement sur des critères universitaires et de situation de famille.

Les bénéficiaires de bourses de complaisance ou à caractère politique qui traînent en longueur dans les universités étrangères se verront offrir un billet d’avion pour leur rapatriement au Sénégal.

Le Chef de l’État a ensuite évoqué la 3è licence de téléphone mobile dite GSM et a demandé au Premier Ministre, par souci de transparence, de suivre une procédure de vente aux enchères publiques. A cet effet, il lui a demandé de sélectionner une banque chargée de procéder à la revue stratégique du secteur Télécoms au Sénégal et d’évaluer la valeur à laquelle le gouvernement devra vendre la 3è licence aux enchères publiques.

Évoquant le problème de la mine d’or de Sabodola, pour sortir de l’impasse actuelle et protéger les ressources nationales qui participent de la catégorie des ressources non renouvelables, le Président de la République a demandé au Premier Ministre d’organiser un audit juridique pour établir les droits des parties sur la mine et un audit technique. Ce dernier aura pour objet d’indiquer les conditions de l’exploitation qui en a été faite et ses conséquences et procédera en même temps à l’évaluation des réserves.

Abordant la question de l’alphabétisation, le Président de la République a insisté sur la nécessité de débloquer les moyens pour lancer une vaste opération d’alphabétisation populaire dans toutes les langues nationales qui devra, par delà la simple lecture, fournir les supports des connaissances : journaux, livres en langues nationales.

Revenant sur la préscolarisation qui a été un thème central de son discours lors de la Journée internationale de l’Éducation, le Président de la République a demandé au Ministre de l’Education Nationale de lancer sans délai l’opération de préscolarisation en élaborant un projet global pour tout le pays, département par département.

Il a rappelé que cette idée avait été accueillie très favorablement par l’ensemble des bailleurs qui se sont tous déclarés prêts à la soutenir.

Pour terminer, le Président de la République a informé le Conseil de ses prochaines visites en France, au Nigeria, au Maroc et en Libye, du 22 mai au 3 juin 2000.

A la suite du Chef de l’État, le Premier Ministre a fait au Conseil une communication, complétée sur sa demande, par les Ministres des secteurs concernés.

Cette communication a porté sur les missions d’audit que l’État a programmées sur la gestion et la situation de certaines sociétés du secteur parapublic et de l’administration dont la liste est déjà établie avec précision.

Ces missions d’audit seront conduites avec transparence et avec rigueur et n’épargneront aucun secteur entrant dans l’espace des gestions à vérifier, afin de permettre l’état exact de chacun des Organismes ou Sociétés à auditer.

Les termes de références de ces missions d’audit seront soumis au Président de la République le 17 mai, après quoi les missions commenceront elles-mêmes au terme de la procédure de sélection des Cabinets d’Audit retenus.

Le Premier Ministre a évoqué devant le Conseil d’autres dossiers importants et notamment la situation des pistes de production qui jouent un rôle de désenclavement et de facilitation des échanges des produits du cru dans les régions. Puis, le Premier Ministre a exposé devant le Conseil le dossier déjà soumis au Chef de l’État de l’orientation qui doit être ajoutée à la diplomatie du Sénégal comme étant celle d’une diplomatie de plus en plus consacrée au développement économique et social, à l’encouragement des investissements et à une meilleure connaissance des potentialités de notre pays dans le cadre d’une coopération mutuellement bénéfique avec nos partenaires extérieurs. A cet égard, le Président de la République a décidé que certaines Ambassades sénégalaises à l’étranger soient désormais dotées d’une Mission économique composée d’un Économiste-Financier, en qualité de Conseiller d’Ambassade nomme auprès du Chef de mission diplomatique.

Évoquant le rôle des Ports et Rades dans une économie en mutation et dans le contexte de la décentralisation de l’économie sénégalaise, le Premier Ministre a exposé devant le Conseil des Ministres le dossier de la réhabilitation et de la réactivation du Port de Kaolack ainsi que celui du renforcement des capacités du Port de Ziguinchor. A ce sujet, le Président de la République a arrêté des directives précises à l’intention du Ministre de l’Équipement et des Transports pour conduire les études et mesures nécessaires pour réaliser ces objectifs, en tenant compte du programme global de mise en œuvre des différents projets concernant les dix régions du Sénégal.

Enfin, s’agissant de l’exécution des projets de développement dans la Vallée du Fleuve Sénégal et dans la zone de l’Anambé, le Premier Ministre a souligné les difficultés que rencontrent les paysans producteurs de riz paddy et la situation de certains projets dont la réalisation n’a pu être effectuée pour des raisons diverses.

Concernant la production de riz paddy, le Chef de l’Etat a donné des directives pour que la production et la commercialisation du riz paddy dans la Vallée du Fleuve Sénégal et dans la zone de l’Anambé fassent l’objet d’une évaluation précise en vue de permettre des mesures concrètes de solution, en tenant compte des possibilités actuelles de l’État.

S’agissant des projets dans la Vallée, il a été arrêté le principe d’un audit de la mission de la SAED, en termes de coûts, de fonctions et de résultats, dans le cadre des modules d’aménagement et de développement de la région Nord du Sénégal.

Après le Premier Ministre, le Ministre de l’Agriculture et de l’Élevage a fait au Conseil le point de l’avancement du dossier des semences, des engrais et des produits de protection des végétaux pour la campagne agricole 20002001.

Le Ministre des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l’Éxtérieur, évoquant la situation qui prévaut en Sierra Leone et sur les dangers qui pèsent sur les populations civiles, a indiqué au Conseil que le Sénégal a envoyé dans ce pays une délégation chargée d’assister les ressortissants sénégalais et de préparer, en cas de nécessité, leur retour et celui de leurs familles au Sénégal, dans les meilleures conditions.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie