AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Conseils interministériels > Conseil Interministériel sur le Pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam, Edition 2016

Conseil Interministériel sur le Pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam, Edition 2016

Dakar, le 14 mai 2016, Salle de Conférences de la Primature, ex-Sénat

Monsieur le Premier Ministre a présidé le samedi 14 mai 2016, dans la Salle de Conférences de la Primature, ex-Sénat, un Conseil Interministériel sur le Pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam, Edition 2016. Voici le discours préliminaire prononcé à cette occasion :

Mesdames, Messieurs les Ministres,
Monsieur le Délégué Général,
Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux, Directeurs et Chefs de services,
Mesdames, Messieurs les opérateurs privés, professionnels du Hajj,
Messieurs les représentants de consommateurs
Mesdames, Messieurs,
Chers invités,

Nous sommes réunis aujourd’hui dans le cadre de la préparation de l’édition 2016 du pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam et je voudrais d’emblée saluer la disponibilité dont chacun d’entre vous a fait montre. C’est une preuve suffisante qui rassure que nous partageons cette préoccupation majeure pour le Gouvernement et la Nation.

Notre réunion revêt une importance capitale en ce qu’elle marque la rupture tant voulue par Monsieur le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, pour garantir les conditions optimales d’accompagnement des sénégalais dans l’accomplissement du cinquième (5ème) pilier de l’Islam. Cette rupture s’avérait nécessaire car le Pèlerinage 2015 aura, malheureusement, été l’un des plus mouvementés de l’histoire récente.

On a d’abord déploré le cas des compatriotes laissés en rade à Dakar, ensuite l’incident de la grue à la Mecque et, enfin, le drame de la bousculade monstre de Muna qui aura causé plusieurs centaines de morts et de blessés, dont soixante deux victimes sénégalaises. Je voudrais m’incliner pieusement devant leur mémoire et prier, par la grâce d’Allah, que ce travail que nous entamons soit couronné de succès.

Je voudrais revenir sur les éléments novateurs marquant cette rupture. Suite à la volonté du Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, de procéder à la dissolution du Commissariat général au Pèlerinage, j’ai reçu instruction de diligenter un processus de réflexion, de concertation et de proposition pour la mise en place d’une nouvelle structure sur le Hajj.

Ainsi dés le 17 décembre 2015, j’ai donné instruction au MAESE de procéder à la mise en place d’un comité avec un calendrier précis qui devait aboutir à des propositions au plus tard à la fin du 1er trimestre 2016. Sous la conduite du MAESE, ce comité a travaillé d’arrache pied avec toutes les parties prenantes (Gouvernement, personnes ressources, professionnels du Hajj et opérateurs privés), et a présenté ses conclusions le 17 mars 2016.

Ce processus a abouti à la création de la Délégation générale au Pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam, par décret 2016-482 du 20 avril 2016. Cette nouvelle structure, eu égard aux enjeux du pèlerinage est dotée d’un cadre institutionnel de haut rang et repose sur un socle administratif solide avec des ressources humaines de qualité, dont le Délégué général ici présent et son adjoint.

La Délégation générale a pour mission la préparation, la supervision et le contrôle de l’organisation du pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam. Pour apporter les ruptures attendues par Monsieur le Président de la République, le Délégué général a la compétence de représenter la délégation auprès des autorités nationales et étrangères, de coordonner l’activité des services administratifs, financiers et techniques et il est administrateur de crédits inscrits au budget de l’Etat, pour l’accomplissement des missions qui lui sont dévolues.   Il doit travailler en parfaite intelligence avec les organismes privés pour apporter les régulations nécessaires dans l’organisation du Pèlerinage en ayant en vue l’intérêt du pèlerin et la bonne image du Sénégal.

Dans ce sens, les modalités d’implication des organismes privés dans le processus du pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam ont été revues pour contribuer à l’amélioration de leurs interventions.

Ainsi, outre la nécessité de l’obtention préalable d’un agrément, qui va de paire avec la mise en place d’un encadrement médical et religieux adéquat pour les pèlerins, des limites minima et maxima ont été proposées pour les quotas.

De plus, les voyagistes auront l’obligation de produire, au plus tard un mois après le retour des derniers pèlerins, un rapport écrit d’exécution du pèlerinage qui retracera, en particulier, le déroulement de l’opération, le respect des engagements ainsi que les difficultés rencontrées et comportera des propositions pour une meilleure organisation future.

Des textes comme, le Code de conduite et d’éthique du pèlerin, qui définit les normes et attitudes à adopter par le pèlerin pour un pèlerinage sans difficulté majeure, et le Protocole d’accord en matière d’encadrement médical, entre les voyagistes privés, le Ministère de la Santé et la Délégation générale au Pèlerinage, ont été adoptés.

Le Gouvernement est donc résolument engagé dans une nouvelle dynamique de modernisation et de gestion rigoureuse et rationnelle du Pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam, au bénéfice de tous nos compatriotes désireux de sacrifier à leur devoir de musulman.

Chacun en ce qui le concerne devra jouer sa partition de la manière la plus efficace et ce dans un esprit de solidarité et de confiance entre tous les acteurs : Gouvernement, professionnels du Hajj et pèlerins.

Chaque secteur revêt son importance. Ainsi, dans le respect des règles édictées par le Royaume d’Arabie saoudite, pays hôte, le transport aérien, l’encadrement et la gestion des pèlerins, les conditions d’hébergement et de restauration, le transport local à la Mecque et de cette ville sainte à Médine, et le retour au Sénégal devront faire l’objet d’une grande attention.

Je vous encourage vivement à réaliser l’ambition du Chef de l’Etat et du Gouvernement d’amener le Sénégal à devenir un modèle d’excellence dans l’organisation du pèlerinage.

Je voudrais maintenant laisser le soin au Ministre des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur de nous présenter le rapport introductif du Conseil.

Les discussions seront ensuite ouvertes pour recueillir les avis, suggestions, commentaires et observations des participants et, enfin, les principales recommandations pour une bonne organisation du pèlerinage 2016 seront formulées.

Je vous remercie de votre attention.

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie