AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > Colloque international sur le thème « science, enseignement et technologie pour le développement de l’Afrique »

Colloque international sur le thème « science, enseignement et technologie pour le développement de l’Afrique »

Cérémonie d'ouverture - Discours de Monsieur le Premier ministre, Abdoul Mbaye. DAKAR - 30 octobre - 3 novembre 2012.

  • Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
  • Mesdames, Messieurs les Ministres d’Etat,
  • Mesdames, Messieurs les Ministres,
  • Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique,
  • Monsieur le Président de l’Académie Nationale des Sciences et techniques du Sénégal,
  • Monsieur le Secrétaire Perpétuel Honoraire de l’Académie des Sciences de l’Institut de France, Président du COPED,
  • Monsieur le Directeur Régional du CRDI,
  • Monsieur le Directeur Général de l’Agence Nationale de la Recherche de France,
  • Monsieur le Président de la Fondation Mérieux,
  • Monsieur le Représentant de EDF – France,
  • Monsieur le Représentant de la Banque Islamique de Développement (BID),
  • Monsieur le Représentant de la Commission de l’UEMOA,
  • Monsieur le Directeur Général de l’Agence de l’IRD,
  • Monsieur le Directeur Général du CIRAD,
  • Monsieur le Président de l’Académie Africaine des Sciences,
  • Monsieur le Représentant du Groupe Interacadémique pour le Développement (GID),
  • Monsieur le Président du Réseau des Académies des Sciences d’Afrique,
  • Messieurs les Présidents et Messieurs les Secrétaires Perpétuels des Académies des Sciences d’Afrique,
  • Mesdames, Messieurs, les Membres du Comité Scientifique International,
  • Mesdames, Messieurs le Membres du Comité National d’Organisation,
  • Honorables Invités,

Au nom de Monsieur le Président de la République, S.E.M Macky Sall, je vous souhaite la bienvenue en terre africaine du Sénégal et tiens à vous dire combien le pays de la téranga est honoré d’abriter cet événement exceptionnel qui nous réunit.

En choisissant le Sénégal pour accueillir votre colloque sur le thème « Sciences, Enseignement et Technologie pour le Développement de l’Afrique », l’ACADEMIE NATIONALE des SCIENCES et TECHNIQUES du SENEGAL (ANSTS) et l’ACADEMIE des SCIENCES de l’Institut de France à travers son Comité pour les Pays en Développement (le COPED), ont voulu prendre à témoin notre pays pour exprimer les liens solides qui structurent leur partenariat et envisager l’avenir dans l’amitié et la solidarité académique.

En présidant ce matin la Cérémonie d’ouverture de cet évènement scientifique majeur, je mesure avec fierté l’honneur et le privilège qui m’échoient au nom de Son Excellence Monsieur le Président de la République.

Votre Colloque fera de notre pays, du 30 Octobre au 03 Novembre 2012, le point de convergence d’intelligences et de savoirs de haut niveau, le creuset de réflexions dont je ne doute pas qu’elles vont contribuer à explorer les possibles qui interpellent le Continent africain dans le chemin de la prospérité et du bien être, de même qu’elles fourniront des réponses appropriées à ces défis.

Je tiens particulièrement à saluer, pour leur rendre hommage, la présence parmi nous d’éminentes personnalités scientifiques et politiques, également du monde de l’économie, relevant de divers secteurs d’activités parmi lesquels l’éducation, la formation professionnelle, la recherche et l’industrie, les finances.

Ces personnalités sont venues d’Europe, d’Amérique et d’Asie pour siéger à côté de leurs homologues d’Afrique francophone, du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne en général, afin de participer à ces importantes assises et poursuivre la mise en place des instruments de coopération scientifique au service du développement du Continent africain.

Éminents membres des Académies,
Distingués participants,

Je partage avec vous qu’en ce début du 21ème siècle, partout dans le monde, le rôle et la place de la Science, de l’Enseignement, de la Technologie et de l’Innovation est primordial pour assurer le développement durable de toute Nation.

Le Sénégal a tiré les conséquences de ce constat en unissant sous la coupole d’un même ministère les secteurs de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Mais notre intérêt ne s’exprime pas uniquement sur le plan institutionnel : le Savoir scientifique est l’une des priorités de nos politiques publiques, qu’il soit envisagé sous l’angle de la recherche fondamentale :la Science, celui de l’application pratique : la Technologie, ou encore sous l’angle de sa diffusion par l’Enseignement.

Car, disons-le, la Science et la Technologie ne doivent pas être des domaines réservés aux pays riches, dont les pays pauvres se contenteraient uniquement de profiter des retombées.

Les pays en voie de développement doivent nourrir leurs propres ambitions scientifiques et technologiques car ils affrontent des problèmes qui leur sont spécifiques, ils font face à des défis qui ne s’imposent qu’à eux, et pour lesquels Science et Technologie peuvent leur fournir des solutions adéquates.

Si l’on y ajoute que c’est l’Enseignement qui permet, non seulement de pérenniser les savoirs scientifiques et technologiques, mais également de les développer en mobilisant et en éveillant les plus jeunes esprits, alors on perçoit pourquoi le thème de votre Colloque est fort judicieusement articulé autour de ce triptyque.

Malgré les efforts consentis et les résultats positifs obtenus au cours des dernières décennies, nombreux sont les défis qui interpellent encore l’Afrique quant à la maîtrise scientifique et technologique aux fins de la transformation socio-économique du Continent et de son intégration dans l’économie mondiale.

Heureusement, des initiatives ont été lancées pour essayer de combler cette lacune, parmi lesquelles figure en bonne place le Plan d’Action Consolidé pour la Science et la Technologie en Afrique, le PAC.

Ce Plan, rappelez-vous, est un outil d’application des décisions issues du premier Colloque ministériel africain sur la Science et la Technologie, tenu à Johannesburg en Novembre 2003.

Il exprime clairement des objectifs communs à tout le Continent, ainsi que l’engagement de l’Afrique dans des actions collectives en faveur de la Science, de la Technologie et de l’Innovation en vue de son développement.

Pour cela, le PAC est construit sur trois piliers interdépendants, à savoir : le renforcement de capacités, la production de connaissances et les innovations technologiques.

Concrètement, le PAC met l’accent sur la nécessité d’institutionnaliser les processus liés à la Science, à la Technologie et à l’Innovation lors de la conception et de l’élaboration des programmes de développement économique, social et culturel propres à chaque Etat.

Mais des manifestations comme celle-ci sont des compléments indispensables pour contribuer à fournir les clés permettant d’accélérer le développement du Continent africain.

Je me réjouis donc de la tenue de ce Colloque saluant de nouveau la présence d’éminentes personnalités scientifiques et politiques, en particulier celles que le souci de solidarité, de coopération, et même d’amitié motive.

Mesdames, Messieurs,
Honorables Invités,

L’espoir est permis car la mondialisation a au moins eu le mérite de provoquer une prise de conscience généralisée sur les possibilités qu’offrent la science, l’enseignement et la technologie, pour la résolution des problèmes socio-économiques liés au développement.

Après la prise de conscience, vient la responsabilité des gouvernements, lesquels ont un rôle essentiel à jouer dans la création et la consolidation des capacités scientifiques et technologiques nationales.

Leur action est irremplaçable dans la mise sur pied d’une infrastructure d’enseignement et de recherche, garante de l’existence d’un potentiel scientifique et technique de qualité, capable de comprendre et de maîtriser les mutations technologiques en cours.

Le Gouvernement du Sénégal, en ce qui le concerne, s’inscrit dans cette dynamique et accorde à la science, à l’enseignement et à la technologie, à l’enseignement scientifique et technique une priorité de premier ordre.

Par ailleurs, dans un environnement international en constante mutation et terriblement exigeant, les Académies de Science du monde entier, par leur mission de conseil privilégié des Pouvoirs Publics, contribuent de manière significative à mettre la connaissance, l’information et le savoir-faire au service de la Société et de son développement durable.

Il apparaît donc crucial de réfléchir au positionnement stratégique de ces Académies afin de les rendre plus opérationnelles et plus efficaces. Pour le cas particulier du Sénégal, c’est le lieu de se féliciter du rôle important que joue l’ANSTS, qui ambitionne de s’inscrire résolument dans une dynamique de coopération inter-institutionnelle et multi-sectorielle afin d’éclairer le Gouvernement sur les problèmes scientifiques importants, comme ceux relatifs à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

L’Académie est d’ores et déjà un partenaire précieux du Gouvernement, pour la mise en œuvre de ses stratégies de développement.

C’est également le lieu de se réjouir de la collaboration avec l’Académie des Sciences de l’Institut de France à travers son COPED, qui a permis d’organiser ce Colloque, dont les résultats escomptés apporteront une contribution significative aux efforts de développement déjà consentis à travers notre Continent en général, et le Sénégal en particulier.

Mais je ne saurais terminer mon propos sans remercier tous les partenaires qui, de près ou de loin, ont bien voulu apporter leur soutien à l’ANSTS et au COPED pour la réussite de cette manifestation.

Je puis enfin vous assurer que le Gouvernement du Sénégal restera attentif à toutes vos recommandations quant aux perspectives d’avenir de la science et du développement en Afrique, et vous assurons de notre soutien pour accompagner et soutenir la dynamique qui prendra corps à Dakar, à l’issue de vos assises.

Mesdames, Messieurs,

En souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouvert le Colloque International sur le thème « Science, Enseignement et Technologie pour le Développement de l’Afrique » organisé, sous l’égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, par l’ACADEMIE NATIONALE des SCIENCES et TECHNIQUES du SENEGAL (ANSTS) et l’ACADEMIE des SCIENCES de l’Institut de France à travers son Comité pour les Pays en Développement (COPED).

Je vous remercie de votre aimable attention.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie