AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > Cérémonie officielle d’ouverture du 4ème Sommet des Jeunes Leaders pour l’Atteinte des OMD

Cérémonie officielle d’ouverture du 4ème Sommet des Jeunes Leaders pour l’Atteinte des OMD

Allocution de Madame aminata Touré, Premier Ministre - 13 janvier 2014

Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Madame la Présidente de la Commission de l’Union Africaine ;
Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO ;
Monsieur le Directeur Exécutif du Fonds des Nations Unies pour la _ Population (UNFPA) ;
Monsieur le Représentant de l’ONUSIDA ;
Honorables députés et membres du Conseil Economique, Social et Environnemental ;
Monsieur le Président du Conseil national de la Jeunesse ;
Chers jeunes d’Afrique et de la Diaspora ;
Honorables Invités, Mesdames, Messieurs,

C’est avec un grand plaisir que je vous souhaite la bienvenue au Sénégal, à Dakar, en ce jour spécial de célébration, de foi et d’espérance qu’est le Maouloud.

Je voudrais remercier toutes les éminentes personnalités, ici présentes, ainsi que les jeunes venus du monde entier pour prendre part à ce rendez-vous international de la Jeunesse.

Le Sommet qui nous réunit ce matin, le quatrième du genre après ceux du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Mali, nous amène à échanger et à partager sur un thème d’avenir, aussi pertinent qu’actuel : « le chômage des jeunes dans l’agenda post 2015 des Nations Unies ».

Ce thème devra vous permettre - je dirai même devra nous permettre - d’avoir comme centres d’intérêts convergents, au cours de vos réflexions, les questions essentielles auxquelles sont confrontées la jeunesse, à savoir une éducation et une formation de qualité, la promotion de l’emploi des jeunes et la lutte contre le VIH SIDA.

Mesdames et Messieurs,

La situation démographique mondiale représente un défi énorme pour la communauté internationale. En effet, sur une population mondiale d’environ 7 milliards de personnes, les jeunes âgés entre 15 et 24 sont estimés à 1milliard, soit le 1/5 de cette population.

87% de ces jeunes vivent dans les pays en développement. Malgré l’urbanisation à grande échelle, la majorité de ces jeunes est établie dans les zones rurales.

En outre, la crise financière, qui sévit ces dernières années, et qui a particulièrement dégradé la situation économique très fragile de nos pays en développement, a entrainé plusieurs difficultés, dont celles liées au chômage et plus particulièrement celui des jeunes.

C’est pourquoi, le thème de cette rencontre met en exergue non seulement la place démographique des jeunes en Afrique, mais aussi leur rôle précurseur et majeur dans le processus de développement économique à travers leur autonomisation et l’accès aux sources de financement.

C’est dire que le moment est venu d’entreprendre les ruptures impératives pour faire des jeunes, Avenir du Continent, la priorité des priorités dans nos politiques de développement.

Il est ainsi fondamental de prendre en compte, sur tous les plans, les préoccupations des jeunes dans la mise en œuvre des politiques publiques de chaque pays. En effet, les jeunes peuvent être les conducteurs de croissance économique et les fers de lance de la réduction de la pauvreté, s’ils sont entièrement intégrés dans nos sociétés ; s’ils sont bien responsabilisés et considérés comme le capital humain incontournable et inestimable.

Au Sénégal, j’ai, dès mon accession à la magistrature suprême, mis en oeuvre un ambitieux programme de prospérité durable : « Yonu Yokkuté », qui place, en synergie, le monde rural, les femmes et, surtout, les jeunes, au cœur du développement économique et social national.

Ce programme rénovateur a notamment pour finalités la croissance intensive et durable, la protection sociale des groupes vulnérables, la promotion de l’emploi des jeunes et la consolidation de leur place centrale dans la stratégie d’émergence du Sénégal.

C’est sous ce rapport que des initiatives et projets audacieux ont été engagés. Je peux notamment citer :

  • la large concertation sur l’emploi des jeunes ou forum national pour l’emploi des jeunes, fruit d’un travail inclusif, participatif, ayant enregistré la mobilisation d’acteurs publics et privés, des jeunes afin de bâtir un consensus autour de cette problématique ;
  • le Programme des Domaines Agricoles communautaires (DAC) qui vise à faire du secteur de l’agriculture le premier pourvoyeur d’emplois et le moteur de la croissance de notre économie. Ce programme dont le démarrage est prévu cette année ambitionne de créer 300.000 emplois à terme.
  • le Projet d’Appui à la Promotion de l’Emploi des Jeunes et des Femmes, acquis grâce à un financement de la Banque Africaine de Développement ;
  • l’Agence nationale d’Assistance à la Sécurité de Proximité qui est entrée dans sa phase active avec 10.000 jeunes déjà recrutés ;
  • enfin le recrutement, en 2013, de 5 000 agents/jeunes diplômés, dans la Fonction publique sénégalaise, en sus des réformes majeures en cours d’implémentation pour moderniser l’éducation de base, l’enseignement supérieur, l’apprentissage et la formation professionnelle.

Mesdames et Messieurs,

A moins de deux (2) ans de l’échéance de 2015, les réflexions sur le futur des OMD s’engagent au sein de la communauté internationale. D’ailleurs, les Nations Unies rapportent que beaucoup de pays ont fait des progrès significatifs pour l’atteinte des OMD. C’est ainsi que :

  • la pauvreté extrême a été réduite de moitié au cours des deux décennies passées ;
  • plus de 2 milliards de personnes ont obtenu l’accès aux sources d’eau potable ;
  • le nombre d’enfants hors de l’école primaire a été réduit de moitié et les inscriptions des filles atteignent le même niveau que ceux des garçons ;
  • la mortalité infantile et maternelle est en baisse de même que le taux des nouvelles infections au VIH ;
  • enfin un accès au traitement antirétroviral pour tous ceux qui en ont besoin sera atteint avant 2015.

Malgré ces progrès significatifs enregistrés, les défis restent encore nombreux et complexes. Ils ont, entre autres, pour noms, crise énergétique, insécurité alimentaire, qui touche encore 850 millions de personnes à travers le monde, et surtout, emploi des jeunes.

Dans la recherche de solutions durables à ces problématiques de développement, il convient d’impliquer toutes les organisations de la société civile, le secteur privé, pour des interactions dynamiques et constructives avec les pouvoirs publics. C’est donc là que réside tout l’intérêt de ce sommet.

Dès lors, il me plait de féliciter le réseau panafricain des jeunes leaders des Nations Unies, qui entend ainsi entreprendre cette démarche de réflexion sur ces thématiques afin de contribuer à l’accélération du processus pour l’atteinte des OMD et à la finalisation du cadre conceptuel Post 2015.

Mesdames et Messieurs, chers jeunes,

Le Sommet de Dakar appelle tous les pays d’Afrique à bâtir des politiques de jeunesse ambitieuses qui incluent l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle, l’assistance aux jeunes pour obtenir des emplois décents, ainsi que l’accès aux financements adaptés et à la connaissance de dernière génération pour devenir des innovateurs et entrepreneurs intégrés dans un monde globalisé, en perpétuelle mutation.

L’objectif final étant de promouvoir des compétences entrepreneuriales pour la jeunesse et de publier un document de référence consensuel sur l’emploi des jeunes, dans le cadre des OMD et de la conception de l’agenda post 2015.

Les délégués au Sommet, que vous êtes, devront alors examiner les actions et les meilleures pratiques entreprises par des organisations de jeunesse et le secteur privé ainsi que la mise en œuvre de projets et de programmes visant à réaliser les OMD en général, et l’emploi des jeunes en particulier.

Je vous exhorte aussi à mettre en évidence les projets qui vont contribuer à l’autonomisation des filles dans la planification future, et de produire un document de consensus à présenter aux Chefs d’États et de Gouvernement des pays africains et au Secrétariat Exécutif des Nations Unies.

Je vous invite, en outre, à vous approprier, avec beaucoup d’engagement, la vision de l’ONUSIDA "de l’Obtention du Zéro", c’est-à-dire : zéro nouvelles infections au VIH, zéro discrimination et zéro mort liées au sida.

Pour ma part, je suis prêt à agir avec vous, jeunes leaders, prêt à vous soutenir, prêt à vous accompagner, pour présenter les résultats de la Rencontre de Dakar au prochain Sommet des Chefs d’Etat de l’Union africaine, prévu dans le courant de ce mois à Addis Abeba, mais aussi au prochain sommet de la Francophonie qui se tiendra à Dakar les 29 et 30 novembre 2014.

Je m’engage également, comme vous l’avez demandé, à présenter les résultats qui seront issus de vos travaux à l’Assemblée Générale des Nations Unies où il sera procédé à la revue de la réalisation des OMD et à la mise en forme de l’agenda Post 2015.

Je voudrais, à cet instant de mon propos, remercier tous les organismes du système des Nations Unies, représentés au Sénégal, pour leur implication effective et leurs appuis matériels et financiers déterminants qui ont permis la tenue de ce Sommet qui, au regard de cette forte participation, est déjà un succès.

Je voudrais, en particulier, remercier l’Agence des Nations Unies en charge du VIH/SIDA (ONUSIDA) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) pour leur coopération active avec le Réseau Panafricain des Jeunes Leaders qui a rendu ce Sommet possible.

Permettez-moi, enfin, de féliciter et d’encourager le Réseau pour le combat inlassable qu’il mène pour la promotion des jeunes du monde entier.

En souhaitant un plein succès à vos travaux, je déclare ouverts les travaux du 4ème Sommet Panafricain des Jeunes Leaders des Nations Unies pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie