AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > Cérémonie d’ouverture de la 39ième Session ordinaire du Conseil d’administration du Centre régional africain d’Administration et du Travail (CRADAT)

Cérémonie d’ouverture de la 39ième Session ordinaire du Conseil d’administration du Centre régional africain d’Administration et du Travail (CRADAT)

Mot introductif de Son Excellence Monsieur Mahammed Boun Abdallah DIONNE, Premier Ministre, le Jeudi 19 mars 2015, à l’Hôtel King Fahd Palace.

  • Monsieur le Président de l’Assemblée nationale ;
  • Madame la Présidente du Conseil économique, social et environnemental ;
  • Monsieur le Ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions ;
  • Mesdames, Messieurs les Ministres ;
  • Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps diplomatique et consulaire ;
  • Monsieur le Représentant du Directeur général du BIT ;
  • Monsieur le Président du Conseil d’administration du CRADAT ;
  • Mesdames, Messieurs les Ministres en charge du Travail des Etats membres du Conseil d’administration du CRADAT ;
  • Monsieur le Directeur du CRADAT ;
  • Mesdames, Messieurs les Experts ;
  • Honorables invités ;
  • Mesdames, Messieurs, en vos grades et qualités ;

Après la première session du Conseil d’Administration du CRADAT tenue à Yaoundé les 23 et 24 Septembre 1976 et les trente sept (37) autres sessions tenues à travers les différents pays membres, nous nous réjouissons que la 39ème session ait lieu au Sénégal dans le but de renforcer ensemble les capacités des administrations du travail et de valoriser les ressources humaines dont elles disposent.

Cette session du Conseil d’administration du Centre régional Africain d’Administration du Travail (CRADAT) que le Sénégal a l’honneur d’accueillir aujourd’hui, pour la première fois, constitue un moment de fortes retrouvailles et d’échanges fructueux entre les administrations du Travail de notre espace régional francophone.

Je voudrais donc vous souhaiter au nom du Président de la République, en mon nom propre, au nom du Gouvernement et au nom de tout le peuple sénégalais, la bienvenue et un bon séjour au pays de la « Téranga » et vous dire l’immense plaisir que j’ai de présider la cérémonie d’ouverture de la 39ème session ordinaire du Conseil d’administration du Centre régional africain d’Administration du Travail.

Mesdames, Messieurs les Ministres,

L’Administration du Travail, de par son rôle éminemment important dans la prise en charge effective des besoins des populations laborieuses, constitue, à n’en pas douter, un maillon important et incontournable dans l’architecture administrative de nos différentes nations.

C’est pour cette raison que le CRADAT a toujours eu à cœur de participer au renforcement des capacités des Inspecteurs et Contrôleurs du Travail de tous ses pays membres en vue de mieux les outiller pour remplir convenablement leurs missions essentielles et permettre, ainsi, à nos Etats de faire face aux urgences socio-économiques qui les interpellent constamment, dans le cadre des relations professionnelles.

Toutefois, parce que les enjeux sont énormes, la réflexion doit être permanente au niveau du CRADAT et des autres instances régissant les relations sociales pour pérenniser et sauvegarder les droits fondamentaux des travailleurs tout en améliorant constamment leurs conditions de vie et de travail.

Dans ce même ordre d’idées, une attention toute particulière doit être accordée à la réflexion pour l’instauration d’un environnement socio-économique propice à l’épanouissement des entreprises qui constituent le premier cadre d’expression des relations professionnelles.

Distingués invités, Mesdames, Messieurs,

Le CRADAT regroupe les différentes administrations du travail de l’espace régional qui ont une mission fondamentale, érigée en principe et droit constitutionnel au Sénégal : veiller constamment au respect de la législation sociale.

Il me plait, à ce titre, de rappeler que depuis des décennies, le Sénégal continue de faire d’énormes progrès en matière de renforcement du droit syndical et des libertés individuelles et collectives reconnus à chaque travailleur. Les Inspecteurs et Contrôleurs du Travail occupent ainsi une position centrale car ils constituent les premiers garants de la stabilité du climat social dans les entreprises et jouent un rôle primordial dans le respect des droits fondamentaux au travail.

L’Administration du Travail est aussi le garant de la promotion d’un dialogue social permanent et inclusif entre l’Etat et les partenaires sociaux.

Au demeurant, la culture du dialogue social et de la négociation est aujourd’hui une réalité palpable et un facteur essentiel de consolidation d’une paix sociale pérenne et fructueuse au Sénégal grâce notamment, à l’expertise et à l’action permanente des Inspecteurs et Contrôleurs du Travail dont je voudrais particulièrement saluer le dynamisme et le sens de la République !

Pour sa part, le Gouvernement du Sénégal, sous l’impulsion de Monsieur le Président de la République, Son Excellence Macky SALL, veillera à assurer aux Inspecteurs et Contrôleurs du Travail, les meilleures conditions de vie et de travail pour leur permettre de remplir convenablement les missions essentielles qui leur sont assignées par la loi.

  Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent qui constitue le référentiel de notre politique économique et sociale, l’Administration du Travail devra jouer pleinement sa partition en relation avec les partenaires sociaux en vue d’instaurer durablement un espace social pacifié et stable propice à l’émergence. C’est là assurément tout le sens et la portée du Pacte national de stabilité sociale et d’émergence économique issu de la Conférence sociale tripartite (Etat/Employeurs/Travailleurs) tenue l’année dernière à l’initiative du Chef de l’Etat.

Mesdames et Messieurs,

Les thèmes choisis par le forum des Ministres chargés du Travail, portant sur le rôle de l’administration du travail dans la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, d’une part, et dans la promotion de l’emploi des jeunes, d’autre part, trouvent dès lors toute leur pertinence, eu égard à la position centrale qu’occupe cette administration dans le traitement de ces questions essentielles.

Par ailleurs, l’économie informelle, qui mobilise une frange importante de la population active dans nos pays respectifs est une préoccupation majeure pour nos Etats. La contribution des acteurs du secteur informel représente, en effet, plus de la moitié, voire les deux tiers de l’activité économique. A ce titre, elle est un baromètre pertinent du dynamisme de nos économies si souvent extraverties et de leurs capacités réelles à faire face à la lancinante problématique de l’emploi des jeunes.

Paradoxalement, les acteurs de ce secteur vital de notre tissu économique sont caractérisés par une absence de protection sociale. D’où la forte évasion sociale constatée dans le secteur et qui demeure toujours préjudiciable aux travailleurs.

  Il urge par conséquent de faire en sorte que cette lancinante question reste et demeure une préoccupation majeure de tous les partenaires sociaux et, principalement, de l’Administration du Travail afin de parachever sa transition vers le secteur formel.

C’est, d’ailleurs, tout le sens accordé à la protection sociale dans le Plan Sénégal Emergent (PSE) prôné par Son Excellence Monsieur le Président de la République, Macky SALL, qui en fait un de ses axes prioritaires pour permettre à notre pays d’atteindre l’émergence économique à l’horizon 2035. Aujourd’hui, le défi pour le CRADAT et pour tous les acteurs du monde du travail, doit être de lutter efficacement contre l’évasion sociale qui porte gravement atteinte aux droits fondamentaux des travailleurs, notamment ceux du secteur informel, en matière de sécurité sociale.

Honorables invités, Mesdames, messieurs,

La promotion de l’emploi des jeunes constitue également un défi majeur pour nos Etats confrontés à une conjoncture économique mondiale difficile, mais aussi à un accroissement démographique et une augmentation constante de nouveaux diplômés qui arrivent sur le marché de l’emploi, sans beaucoup de possibilités d’insertion professionnelle.

J’ose espérer qu’au regard de la qualité des membres de votre auguste institution, le CRADAT et de l’expertise des administrations du travail qui la composent, des propositions pertinentes sortiront de vos travaux, en vue d’apporter les meilleures solutions à ces préoccupations majeures du monde du travail de nos différentes nations.

J’invite donc tous les partenaires sociaux, principalement les administrations du travail, à se hisser à la hauteur des immenses attentes qui nous interpellent, pour faire face aux défis majeurs du développement qui se dressent devant nous.   C’est donc avec un grand intérêt que nous attendons les conclusions de la 39ème session ordinaire du Conseil d’administration du CRADAT que le Sénégal se félicite encore une fois d’accueillir, pour asseoir durablement les bases d’une administration du travail toujours plus performante, soucieuse de la paix et de la stabilité sociales.

Tout en souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouverte la 39ème session ordinaire du Conseil d’administration du Centre régional africain d’Administration du Travail (CRADAT).

Je vous remercie de votre aimable attention.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie