AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > Cérémonie d’ouverture de la deuxième édition du salon maritime de Dakar (SMD)-Allocution de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE

Cérémonie d’ouverture de la deuxième édition du salon maritime de Dakar (SMD)-Allocution de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE

Dakar, Jeudi 10 Décembre 2015

Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE a présidé ce jeudi 09 décembre 2015, au Centre international de Conférences Abdou Diouf de Diamniadio, la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition du salon maritime de Dakar (SMD)

Voici le discours prononcé à cette occasion :

Monsieur le Ministre de l’Agriculture et des Pêches maritimes du Royaume du Maroc ;
Monsieur le Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime ;
Mesdames, Messieurs les Ministres ;
Mesdames et Messieurs, Honorables députés et Membres du Conseil économique, social et environnemental ;
Monsieur le Président du Conseil Départemental de Rufisque,
Monsieur le Maire de Diamniadio ;
Mesdames et Messieurs les élus locaux ;
Mesdames et Messieurs, les représentants du Corps diplomatique,
Mesdames, Messieurs les représentants des organisations et institutions intergouvernementales,
Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations professionnelles nationales et internationales,
Chers invités,

Nous voici, réunis, pour la deuxième édition du Salon maritime de Dakar (SMD), désormais inscrit au calendrier des rencontres internationales abritées par notre pays.

Le SMD, qui se veut une vitrine de dialogue et de coopération multiformes de promotion du secteur maritime de manière générale, en est devenu en si peu de temps un des moments les plus forts.

L’objectif poursuivi est de créer une plateforme de rencontres, d’échanges et de partenariats pour promouvoir le développement harmonieux de la pêche, des affaires maritimes et des fonds marins, ainsi que des secteurs d’activités connexes.

A l’entame de mon propos, je voudrais, tout d’abord, au nom de Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République, à mon nom propre et à celui de l’ensemble du Gouvernement, souhaiter à nos hôtes la bienvenue au Sénégal, pays de la Téranga.

J’éprouve personnellement tout le plaisir de présider, ici, au nom de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, au Centre International des Conférences Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD), la présente cérémonie marquant le démarrage des activités du Salon qui se tient jusqu’au 13 décembre 2015.

Le thème général de cette édition : "Enjeux et défis de la Pêche et de l’Economie maritime pour l’Emergence", nous plonge dans la profondeur de la prise en charge des préoccupations de développement que nous inspire la vision du Chef de l’Etat pour le secteur maritime, en réponse aux attentes plurielles des populations et de l’importance stratégique qu’il lui accorde.

Cet intérêt renouvelé se matérialise de manière concrète par plusieurs réalisations achevées à l’aune du rang stratégique qu’occupe le secteur maritime dans le Plan Sénégal émergent, référentiel de nos politiques économiques et sociales.

Me félicitant de l’engouement autour de ce rendez international, permettez-moi d’exprimer à tous, partenaires, exposants et participants, mes vifs remerciements, pour avoir répondu favorablement à notre invitation. Votre forte présence témoigne de tout l’intérêt que vous portez à l’organisation de la présente édition.

Après l’édition de 2013, une première en Afrique subsaharienne, le privilège échoit cette année au Royaume du Maroc d’être l’invité d’honneur.

Ce choix traduit la volonté de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Monsieur Macky SALL, de magnifier la qualité des relations multiséculaires et empreintes d’amitié, d’estime et de cordialité qui lient le Sénégal au Royaume chérifien.

Les rapports personnels entre les deux Chefs d’Etat empreints de cordialité et d’estime réciproque se sont renforcés lors de la récente visite d’Etat, effectuée, en mai 2015, à Dakar, par Sa Majesté, le Roi Mohamed VI.

Ce moment de communion fut l’occasion pour les deux Chefs d’Etat de faire procéder à la signature de treize (13) accords de coopération, consolidant ainsi un arsenal juridique déjà riche de plus de cent (100) protocoles.

Il convient de relever parmi ces Accords celui relatif au don, accordé au secteur de la pêche par la Fondation Mohamed VI, de plus d’un milliard deux cent millions (1 200 000 000) francs CFA, pour la construction d’un quai moderne de débarquement des produits de la pêche à Soumbédioune.

Ce quai va offrir un plateau technique moderne pour les produits de la pêche et contribuera significativement à la mise aux normes, en amont de la filière pour la sauvegarde de l’agrément à l’exportation, tout en garantissant au marché local les conditions d’hygiène et de salubrité requises.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Au Sénégal, le secteur de la Pêche et de l’Economie maritime, joue un rôle socio-économique très important. En effet, le segment de la pêche occupe près de 17% de la population active, contribue pour 2% au PIB, assure 75% des apports en protéines d’origine animale aux populations avec une consommation nationale per capita estimée à 26kg par an, contre une moyenne mondiale établie par la FAO à 16kg/habitant/an.

Avec 718 km de côte sur l’océan Atlantique, 212 000 km2 de territoire maritime et 3478 km de cours d’eau intérieur, le secteur de la Pêche et des Affaires maritimes, occupe une place primordiale dans l’économie du Sénégal.

En ce qui concerne la pêche artisanale, Monsieur le Président de la République avait pris d’importantes décisions parmi lesquelles :

  • la subvention pour l’achat de 5000 moteurs pour un montant de 5 milliards de CFA à raison de 1.000.000 de FCA pour chaque moteur acheté ;
  • la construction de quais de pêche modernes à l’image de Soumbédioune, Yoff, Point Saréne, Ngaparou etc …
  • la mise à disposition d’un stock de vingt mille (20.000) gilets pour la sécurité des pêcheurs en mer ;
  • la construction des aires de transformation pour les femmes transformatrices à l’image de Bargny, Ngoxou Mbacc, Fass-Boye etc… ;
  • l’exonération de tout le matériel de pêche y compris le carburant ;
  • la construction de 19 complexes frigorifiques pour un montant de 10 milliards etc...

Concernant les Affaires maritimes, la flotte de Marine marchande se constitue peu à peu, avec des acquisitions de navires modernes, opérant dans les dessertes fluviomaritimes intérieures.

Au niveau portuaire, la plateforme a fini de se dessiner, avec le Port de Dakar, déjà leader dans la sous région, avec près de 95% de nos échanges extérieurs qui y transitent, un record de 14 millions de tonnes de marchandises réalisées cette année.

Mais l’ambition du Gouvernement fondée sur la clairvoyance de Monsieur le Président de la République, est encore plus grande.

En effet, partant des axes identifiés pour la Stratégie nationale portuaire et des transports maritimes, l’Etat a décidé récemment de construire le nouveau port à Bargny.

Cette option de rupture permet de disposer de terminaux portuaires avec des profondeurs pouvant accueillir les navires de dernière génération calant à plus de 16 mètres de tirant d’eau et ainsi gagner des parts de trafic importantes. Cette anticipation est essentielle, à l’aune de la nouvelle configuration mondiale des transports maritimes, marquée par les routes maritimes qui vont se tracer à partir des travaux d’extension et d’élargissement des Canal de Panama et de SUEZ ainsi que la construction du Canal du NICARAGUA.

Ces perspectives prometteuses viennent renforcer les réalisations déjà effectives ou en cours dans le secteur, comme :

  • la construction des ports secondaires de Carabane dans la région de Ziguinchor et Foundiougne-Ndakhonga dans celle de Fatick ;
  • le dragage du fleuve Casamance et du bras de mer Saloum ;
  • l’acquisition des navires Aguène et Diambogne pour renforcer la liaison maritime Dakar- Ziguinchor ;
  • l’acquisition de la vedette à passagers Mame Coumba Lamb pour la desserte maritime Dakar-Rufisque ;
  • la modernisation du Port de Ziguinchor ;
  • la construction du port de pêche et Saint-Louis.

Mesdames et Messieurs,

Le Sénégal est convaincu que pour promouvoir le développement du potentiel de son Economie maritime, la coopération régionale et sous régionale est indispensable. C’est pourquoi, les politiques initiées dans ce domaine sont en parfaite adéquation avec celles portées par les organisations communautaires suivantes :

  • l’Union économique et monétaire de l’Ouest africain (UEMOA),
  • la Commission sous régionale des Pêches (CSRP),
  • la Conférence Ministérielle sur la Coopération Halieutique entre les Etats Africains Riverains de l’Océan Atlantique (COMHAFAT),
  • l’Organisation maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (OMAOC).

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Cette deuxième édition du Salon Maritime de Dakar, s’organise dans un contexte bien particulier, car les questions de sécurité alimentaire et celles liées aux effets du changement climatique sur le devenir de notre planète, inquiètent toute la communauté internationale et nécessitent rapidement des engagements pour des solutions durables.

C’est pourquoi, je salue la pertinence des thèmes de discussion qui tournent autour de problématiques actuelles, comme la promotion et le développement de la pêche, de l’aquaculture en relation avec la sécurité alimentaire.

A cet égard, les diligences effectuées pour une meilleure gouvernance du secteur maritime s’inscrivent dans le cadre juridique marqué par l’adoption le 13 juillet 2015 d’un nouveau Code de la Pêche.

Les objectifs de production aquacoles définis dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE), seront réalisés sous deux angles, d’une part, pour compléter les déficits en poisson de la pêche de capture, d’autre part, pour soulager la pression sur les ressources, surtout celles qui sont déjà dans une situation de pleine exploitation.

A ce titre, le choix de la région de Sédhiou comme pôle aquacole du Sénégal constitue une déclinaison de cette nouvelle vision politique, basée sur des avantages comparatifs territoriaux.

Bien entendu, j’invite les partenaires publics et privés à s’impliquer, afin d’accompagner le Gouvernement car l’aquaculture est le secteur d’avenir pour l’Afrique, surtout, au sud du Sahara.

Monsieur le Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime,

Je voudrais, avant de terminer mon propos, vous féliciter pour votre engagement personnel et votre détermination à relever le défi de l’émergence dans le secteur maritime, pour un renouveau déjà visible.

Je remercie, encore une fois, le Royaume du Maroc et tous ceux qui ont soutenu cette initiative et répondu à votre invitation.

Je déclare ouvert le deuxième salon maritime de Dakar.

Je vous remercie.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie