AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > 36ème Ziarra omarienne-Discours de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE

36ème Ziarra omarienne-Discours de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE

Dakar, le 21 janvier 2016

Monsieur le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah DIONNE a présidé, ce jeudi 21 janvier 2016, la cérémonie d’ouverture de la 36ième Ziarra omarienne.

Voici le discours prononcé à cette occasion.

Honorable guide religieux Thierno Madani Tall, Serviteur de la communauté Omarienne,
Distingués professeurs Messieurs Iba Der Thiam et El Hadj Ravane Mbaye,
Honorables Muqaddams et Oulémas de la Rabita des Oulémas,
Chers responsables et membres d’Ahbab,
Mesdames Messieurs les particpants,
Chers invités,

C’est avec un cœur rempli d’espoir que je réponds ce matin, au nom de Son Excellence le Président Macky SALL, Président de la République, à votre invitation à ce rendez-vous de l’esprit et de l’âme, au moment où notre monde semble être malade. Or, c’est par l’exercice intellectuel que l’esprit se renforce et imprime une dynamique de progrès dans la société et c’est par l’invocation spirituelle que l’âme est exaltée, pour s’élever et rehausser les actes par l’éthique.

En nous invitant à cette belle manifestation, qui met en conjonction ces deux éléments, vous galvanisez notre conviction, devant cet aréopage d’intellectuels, de guides religieux et de décideurs. Ceci renforce ma conviction que notre pays le Sénégal, arrivera à bon port, sur les quais du progrès, dans la vertu et la solidarité ; je peux dire sur les quais de l’émergence.

Honorables guides,

Notre espoir est d’autant plus justifié que vous avez choisi de porter votre réflexion sur les questions de l’heure, sur les problématiques vitales pour la survie de l’humanité, dans la cohésion et l’harmonie.

Il y a seulement quelques semaines, les dirigeants du monde entier parmi lesquels le Chef de l’Etat du Sénégal, le Président Macky Sall, s’étaient réunis à Paris lors de la COP 21, pour être au chevet de notre planète et exhorter les nations, dirigeants comme peuples, à prendre conscience de la fragilité qui nous guette, mais surtout à nous sentir responsables du futur de l’humanité.

Pourtant, vous nous avez appris, vous, guides religieux du Sénégal, que le Coran nous avait avertis dés l’aube de la révélation, des

conséquences fâcheuses de nos agissements sur notre environnement. C’est dans la même veine que vous nous avez appris, à travers les écritures, - Coran et traditions du Prophète Psl- que la khilafatul-Lâh, le vicariat, qui est notre élection, signifie particulièrement la préservation de l’humanité, dans sa diversité, sur une terre bien aménagée.

Parlant d’humanité, je spécifie, ici, les attributs de l’humain non pas seulement dans ses caractéristiques biologiques mais, mieux encore, dans ses valeurs de connaissance, de compétence et d’éthique qui le distinguent parmi toutes les autres créatures. C’est grâce à de telles ressources, qu’il arrivera à répondre positivement aux questions qui nous assaillent et que vous avez si bien synthétisées autour de trois problématiques pertinentes :

  • l’importance du savoir dans l’islam ;
  • le développement durable et ;
  • la justice économique à la lumière des finances islamiques.

Les trois thèmes n’en font d’ailleurs qu’un, car le savoir véritable développe la conscience et le respect des règles éthiques chez l’individu. Et c’est un principe d’éthiques que de veiller à préserver l’environnement pour les générations futures.

Honorable Serviteur de la communauté Omarienne,
Honorables guides,

Le choix de ces thèmes montre à quel point vous êtes avertis des maux qui traversent nos sociétés. Voilà que l’accélération de la révolution technologique risque de nous conduire vers la dégradation irréversible de notre environnement. Il s’y ajoute la primauté du marché et de la rentabilité sur toute autre valeur. Ce qui entraîne les dérèglements climatiques que nous subissons, mais aussi nombre d’inégalités sur le plan économique et financier, qui handicapent gravement la marche des pays comme les nôtres vers la création de richesses partagées en toute équité.

Ces thèmes sur lesquels vous nous conviez embrassent les préoccupations du Chef de l’Etat Son Excellence Macky Sall qui a bien compris que c’est par le savoir, l’éthique et l’équité que les peuples se distinguent les uns des autres. Ainsi, pour rester en phase avec Mr Branco Milanovic de la Banque Mondiale qui disait que "La clé de la croissance est la généralisation de l’éducation", le Président de la République a pris l’option de multiplier les foyers d’enseignements secondaires et supérieurs, sur l’ensemble du territoire national, tout en diversifiant l’offre à travers les différentes filières et surtout en rendant justice aux savoirs transmis dans la langue arabe.

Ces savoirs nous ont valu d’être partout reconnus et honorés, grâce à nos illustres guides, à l’instar du savant sénégalais de Médine, Alfa Hâchmiyyou, parrain de ces journées.

La reconnaissance du baccalauréat arabe, la modernisation des daaras, le projet d’université arabo-islamique, sont autant d’illustrations qui mettent en exergue Sa volonté de promouvoir l’équité et l’égalité des chances, en sortant les études en arabe de leur marginalité, et en restaurant leur dignité flétrie. Tout cela montre qu’il place le savoir au-dessus de ses priorités, car la connaissance est la première ressource pour le développement personnel comme elle l’est à l’échelle d’un pays. Si au niveau des individus, "ceux qui savent ne sont pas égaux à ceux qui ne savent pas", selon les enseignements du Coran, on peut en dire autant au niveau des pays. Ceux qui disposent d’une masse critique de lettrés, de diplômés et de savants, ne peuvent être au même niveau de développement que ceux qui n’en disposent pas.

Honorables guides,
Chers membres Ahbab,
Chers participants,

En interrogeant les finances islamiques, pour projeter les principes de justice et d’équité dans la pratique économique et financière, vous invitez sans le dire à un réajustement de l’ordre économique à l’ordre éthique. Quelqu’un l’a écrit : "la crise économique mondiale est largement liée au phénomène de la mondialisation néolibérale, autrement dit à la dérégulation généralisée des échanges et de la finance instaurée à partir des années 1980".

Or, les finances islamiques présentent aujourd’hui une alternative dans la quête de solutions, face aux inégalités et aux injustices notées dans le domaine économique et dans le monde des finances. Pour notre part, l’Etat du Sénégal a entrepris des réformes importantes sur son dispositif législatif et réglementaire pour donner une place aux finances islamiques, par le biais du Waqf, des soukouks et autres instruments y afférents.

Je voudrais pour terminer, réitérer les remerciements, encouragements et félicitations de Monsieur le Président de la République S.E.M Macky SALL à l’endroit de Thierno Madani Tall, Serviteur de la communauté omarienne et à travers sa personne, à tous les membres Ahbab, à la Ligue des Oulémas et à chacune et chacun de vous dans cette communauté spirituelle.

Cette belle rencontre est un acte de fidélité à la mémoire des glorieux ancêtres, le parrain Alfa Hachmiyou, les guides Thierno Saïdou et Thierno Mountaga, maîtres du savoir et modèles de citoyenneté, qui ont maintenu le flambeau légué par Cheikhou Oumar Foutiyou TALL, le chevalier de la foi.

Au nom du Président de la république, je déclare ouverts les travaux.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie