AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie

Accueil > Actualités > Discours > 1er Festival International de Promotion des Produits Locaux et de la Cuisine Africaine - AFROEATS 2013

1er Festival International de Promotion des Produits Locaux et de la Cuisine Africaine - AFROEATS 2013

Discours de Monsieur Abdoul MBAYE, Premier Ministre Dakar, le 30 avril 2013

Monsieur le Premier Ministre a présidé ce mardi 30 avril 2013 la cérémonie de lancement de la première édition du Festival AFROEATS 2013 pour la promotion des produits locaux et de la cuisine africaine.

- l’intégralité du discours :

  • Monsieur le Président de la Commission de l’UEMOA ;
  • Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps diplomatique ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations sous régionales, continentales et internationales ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers ;
  • Mesdames et Messieurs ;
  • Chers invités ;

Je voudrais, tout d’abord, vous dire que c’est avec un réel plaisir que je viens aujourd’hui parmi vous procéder à l’ouverture officielle du Festival International de Promotion des Produits Locaux et de la Cuisine Africaine - AFROEATS 2013, premier du genre, organisé en Afrique. Et je commencerai par souhaiter la bienvenue et un excellent séjour au Sénégal à tous ceux venus de loin.

Cette rencontre, dont il me plait de saluer la pertinence et l’opportunité, constitue une démarche novatrice parmi les nombreuses contributions riches et variées que nos compatriotes installés à l’extérieur apportent à notre continent et en particulier à notre pays.

A Monsieur Pierre Thiam, Grand Chef Cuisinier installé aux Etats-Unis, mais également à toutes les personnes, collègues et amis qu’il a ralliés à cette initiative, je voudrais exprimer mes encouragements et mes félicitations pour le rôle déterminant qu’ils ont joué dans la préparation et l’organisation d’AFROEATS.

J’associe également à ces encouragements tous les opérateurs et opératrices de l’agro-alimentaire, les restaurateurs et les hôteliers, participants et acteurs dynamiques de la filière qui ont pris la pleine mesure des immenses potentialités qu’offrent nos céréales locales et notre biodiversité en termes de création de valeur ajoutée, d’innovation et d’emplois durables.

Je salue aussi ces grands groupes industriels qui ont soutenu cette manifestation et traduisent ainsi tout le sens qu’ils donnent à leur engagement pour la responsabilité sociétale et l’offre de valeur ajoutée partagée.

Monsieur le Président de la Commission de l’UEMOA,

Votre présence à cette cérémonie d’ouverture témoigne de l’intérêt et de l’engagement que vous portez à la mise en œuvre de la politique industrielle commune au cœur de laquelle la transformation des produits agricoles de nos terroirs est une priorité.

Vous êtes venus nous rappeler, ce que l’on oublie parfois, l’importance de la cuisine comme débouché principal et naturel de la production agricole. Son rôle n’est donc pas seulement culturel, social et nutritionnel. Il est aussi largement économique dans un contexte où notre continent doit se donner comme première priorité celle de nourrir sa population par des productions agricoles suffisantes.

Mesdames et Messieurs, Chers invités,

Le Festival International de Promotion des Produits Locaux et de la Cuisine Africaine AFROEATS 2013 se tient dans un contexte international inquiétant pour la sécurité alimentaire.

D’après des statistiques récentes, près de 862 millions de personnes ne mangent pas à leur faim au moment où 220 millions de tonnes de nourriture, soit donc de quoi subvenir aux besoins des 900 millions de personnes souffrant de famine ou de malnutrition, sont jetées dans le monde.

Ce tableau sombre risque de s’aggraver, particulièrement en Afrique, si rien n’est fait pour se préparer aux besoins sans cesse grandissants de l’humanité, estimée à l’horizon 2050 à 9 milliards d’êtres humains.

A cet égard, AFROEATS constitue un bel exemple d’anticipation qui démontre, si besoin en est, que notre continent est capable de faire face et d’offrir des alternatives nutritionnelles, d’abord pour les besoins de notre continent en promouvant le « consommer local », mais pour le reste du monde ensuite en lui offrant une nourriture de qualité aux vertus bio.

Et alors notre continent, aujourd’hui importateur net de produits alimentaires, pourra demain nourrir d’autres lieux du monde par une exploitation judicieuse de son potentiel unique de production, de transformation et d’exportation de produits alimentaires.

La National Academy Press des Etats-Unis, dans son étude intitulée “Lost Crops of Africa” a identifié en Afrique près de 2.000 céréales, légumes et fruits, confirmant ainsi de manière objective que l’Afrique doit devenir le grenier du monde.

Ces produits aujourd’hui sous-exploités permettront d’élargir et de sécuriser l’approvisionnement alimentaire en Afrique.

Leurs valeurs nutritives et leur capacité de résistance pourraient répondre à notre inquiétude première qui est de se nourrir tous les jours, au moment où les sols deviendront moins généreux et l’eau encore plus précieuse.

Cette opportunité économique pour l’Afrique qui se chiffre à près de 1 000 milliards de dollars US, selon des estimations de la Banque Mondiale, doit pousser nos Etats à développer les synergies nécessaires pour créer les conditions d’un développement accéléré de l’agriculture sur notre continent tout en veillant, et c’est indispensable, à consacrer les moyens nécessaires pour la transformation des produits.

Celle-ci est au centre des défis de l’autosuffisance et de la sécurité alimentaire, de la création d’emplois, de la garantie de revenus stables à nos paysans, et de l’assurance d’un produit de qualité pour le consommateur.

Il n’y a aucun doute que la valorisation de nos ressources agricoles par la transformation aura un impact significatif dans le développement économique et la réduction de la pauvreté, aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural.

Monsieur le Président de la Commission de l’UEMOA,
Mesdames, Messieurs,
Chers invités,

Organiser notre capacité de réponse, c’est d’abord adopter une vision, des politiques, des stratégies et des actions pertinentes non seulement nationales mais aussi régionales.

A cet égard, la Politique Industrielle Commune de l’UEMOA marque ainsi la volonté des Etats membres de l’Union d’avoir une vision commune de leur industrialisation, notamment de "devenir ensemble un acteur significatif de la mondialisation dans le cadre d’un développement industriel durable".

C’est pourquoi les Etats de l’Union se sont accordés sur la nécessité de favoriser l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique de l’Ouest, à travers un appui en faveur de la transformation industrielle endogène des matières premières locales, permettant de générer des biens et services à valeurs ajoutées, seule voie pour créer davantage de richesses et contribuer significativement à la croissance économique seule porteuse d’emplois durables et rémunérateurs.

Au niveau national, la Politique de Redéploiement Industriel (PRI) du Gouvernement ambitionne de doter le Sénégal d’un tissu industriel densifié, moderne, dynamique et compétitif, capable à la fois de satisfaire le marché local et d’accéder aux marchés extérieurs. Elle s’inspire de la vision du Président de la République privilégiant un retour vers les terroirs et les territoires pour d’abord faire reposer notre croissance économique sur l’exploitation et la transformation des productions locales. Sa conception de la décentralisation est également industrielle.

Mesdames, Messieurs,
Chers Invités,

Cette manifestation vient à son heure et c’est l’occasion pour moi de souligner encore une fois, l’apport de nos compatriotes établis à l’étranger dont la notoriété dans l’utilisation des produits de nos terroirs constitue un motif indiscutable de fierté et de confiance en soi.

La nécessaire réappropriation du patrimoine africain passe ainsi par une pédagogie à l’égard des populations locales, un développement des pratiques agricoles et la sensibilisation du monde aux qualités gustatives et nourricières de nos produits locaux.

L’art culinaire appelle le tourisme culinaire, et en fait l’un des secteurs les plus dynamiques de l’industrie touristique en rapport avec l’intérêt croissant des consommateurs avisés en quête de nouvelles expériences et saveurs.

La démultiplication des festivals de cuisine dans tous les pays du monde en fait la preuve.

La création d’une telle manifestation en Afrique, contribue non seulement à favoriser la croissance économique, mais également à stimuler le développement et l’inventivité des producteurs locaux et des créateurs de la cuisine africaine.

Ainsi, AFROEATS se veut être un espace de rencontre, de réflexion, d’expression, d’échanges d’expérience, de promotion des vertus de la cuisine africaine en vue de satisfaire nos populations.

Voilà pourquoi il me plait de vous inviter à participer activement aux différents panels pour lesquels je suis heureux de noter la participation d’éminents scientifiques de tous les pays à côté des grands chefs leaders de la pensée culinaire, des professionnels de l’éducation, des industriels, des producteurs et aussi, des élèves et étudiants, donc des jeunes dont il est plus aisé de changer les habitudes alimentaires par rationalité mais aussi par civisme.

Je reste persuadé que le Festival International de Promotion des Produits Locaux et de la Cuisine Africaine - AFROEATS - sera inscrit dans les agendas des grandes rencontres africaines et du monde pour démontrer l’apport de l’Afrique et de notre patrimoine culinaire dans la gastronomie mondiale.

Je voudrais avant de terminer mon propos remercier tous ceux qui ont cru à cette initiative et lui ont apporté d’une manière ou d’une autre le soutien nécessaire à sa réalisation.

En vous demandant de vous souvenir que la cuisine chinoise a conquis le monde avant le « made in China » et la réussite économique de ce grand pays, je souhaite plein succès à vos travaux, et déclare ouvert le premier Festival International de Promotion des Produits Locaux et de la Cuisine Africaine – AFROEATS 2013.

Je vous remercie de votre bien aimable attention.

Voir aussi

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

Actualités

AccueilInfolettreContactPlan du siteMentions légalesRSSMessagerie